Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : aquarelle-bota-clairefelloni
  • aquarelle-bota-clairefelloni
  • : Le blog met en ligne des cours d'aquarelle botanique, il parle de mon activité d'animation de stages d'aquarelle botanique, de mon métier d'illustratrice-nature, de mon intérêt pour la tradition de la peinture naturaliste, les sites naturels,la flore, et la faune sauvage.
  • Contact

Stages

Pour les stages, cliquez 

Recherche Sur Le Blog

Pivoines de Sourches

Pour voir l'article du blog, pour acquérir un print numéroté et signé de mes aquarelles de Pivoine du Château de Sourches, cliquez  

 

Leçons en Pdf

Les clés usb: cliquez

8 août 2015 6 08 /08 /août /2015 17:57

Pour traduire au mieux la luminosité de l’orange de la fleur du grenadier j’ai fait quelques recherches de couleur. Les échantillons qui suivront concernent la couleur du dessous, la première posée c’est pourquoi vous verrez que je m’intéresse surtout à ses performances quand elle fuse sur une zone humidifiée au préalable, ces capacités à rester telle ou se modifier en nuance quand on la dilue ou encore de s’effacer plus ou moins quand on essaie de l’éclaircir à l’eau pure une fois qu’elle est bien sèche.

Il s'agit de Punica granatum Legrelliae, cultivar très répandu pour l'ornement aux fleurs plus fournies en pétales

Il s'agit de Punica granatum Legrelliae, cultivar très répandu pour l'ornement aux fleurs plus fournies en pétales

Je ne cherche donc pas à essayer des glacis par-dessus mes essais, glacis pour lesquels j’ai d’ailleurs utilisé d’autres couleurs plus transparentes comme le jaune transparent ou l’or quinacridone en mélange avec la laque écarlate. Il n’est pas sûr que mon scanner puisse rendre les nuances subtiles que j’ai vues sur mes échantillons mais je vais quand même tenter de vous faire partager mes résultats !

Depuis quelques temps j’ai adopté l’orange de chez Sennelier alors qu’il me semblait auparavant que nous ne manquions pas de jaunes et de rouge pour composer de beaux mélanges. C’est un peu pour me conforter dans ce nouvel engouement que j’ai essayé deux mélanges en comparaison.

Fleur de Grenadier

Le premier mélange est tout Sennelier : il utilise le Vermillon français, un pigment organique de synthèse qui n’existe que chez eux (PR 242), qui granule un petit peu, est d’une grande intensité et n’est pas très transparent (pas grave puisqu’il est dessous). L’autre composante est le Cadmium citron véritable (PY35), un pigment minéral de synthèse très lumineux et opaque également. Le mélange de ces deux couleurs fuse joliment dans l’humide et s’éclaircit un peu à l’eau pure mais sans plus : il est assez solide pour bien tenir sous les glacis.

Le deuxième essai est tout Winsor et Newton : il allie un orange plutôt jaune orangé que je découvre également, l’Orange Winsor (PO62, un autre pigment organique de synthèse réputé pour le jaune, la Benzimidazolone), et ma Laque écarlate habituelle (PR 188, c’est un rouge de naphtol, moins récent). Sur cet essai on peut constater qu’il est plus facile d’atténuer la couleur à l’eau pure ; ce n’est peut-être une bonne idée pour une couleur de base qui doit être solide.

Fleur de Grenadier

Vous pouvez rapidement constater pour ce troisième échantillon que l’Orange Sennelier résiste assez bien à l’éclaircissement un fois sec et qu’il rosit très nettement quand il est éclairci d’eau. C’est pour cette raison qu’il nous est très utile ; en effet, je vous rappelle que dans une corolle florale orange il vaudra toujours mieux commencer par un ton clair et frais côté lumière qu’il sera toujours possible de réchauffer partout ailleurs pour la couleur propre, puis foncer pour les ombres.

Sur mes deux autres mélanges la couleur propre (c'est-à-dire la couleur moyenne du sujet, que j'ai cherché à obtenir dans les 2 premiers mélanges) simplement éclaircie d’eau n’est pas assez fraiche, trop saumonée. Les pétales fragiles et chiffonnés de ma fleur de grenadier ne devaient pas être trop orangés au départ sinon les lumières auraient disparues du sujet ! Du fait que cet orange pénètre bien dans le papier et le teinte vite, il faut faire bien attention de ne pas trop en poser au départ mais il tient très bien sous les glacis : on peut alors effacer une erreur de glacis pour en tester un autre et c’est un plus ! Cet Orange Sennelier, est le n° 641 de la gamme, c'est encore un pigment organique de synthèse, le PO 73 (Diceto-pyrrolo-pyrrole).

Toutes ces nouvelles couleurs monopigmentaires sont intéressantes à expérimenter et de plus elles sont solides et très stables à la lumière.

Partager cet article

Repost 0
Published by Claire Felloni - dans petites leçons
commenter cet article

commentaires

Yann 25/08/2015 10:15

Bonjour Claire,
En voyant les détails de tes recherches chromatiques on peut apprécier le soin apporté au rendu de tes aquarelles.
Pour ce qui est de la fleur de grenadier, cela fait un petit moment que je cherche à la prendre en photo, mais même dans les serres botaniques je n'en ai pas encore vu.
Cette fleur a été sculptée sur les bas reliefs de Persepolis http://www.espacegraphique.com/blog/photos/la-fleur-de-grenade-a-persepolis-1044
Une cité détruite par Alexandre le Grand.
Ses 12 pétales devaient sans doute symboliser les nombreuses provinces de cet empire.

Claire Felloni 25/08/2015 10:46

En fait de destruction de sites antiques on constate que l'humanité a peu évolué depuis Alexandre et on est en plein dedans !
Tu sais mes fleurs de grenadier sont un cultivar qu'on trouve assez facilement fleuri en ville en été mais le vrai grenadier qui nous fournit les fruits... tu as raison, il n'est pas facile à dégotter fleuri si on habite pas dans le Sud!

Caroline 09/08/2015 13:12

Bravo pour cette étonnante fleur de Grenadier que je découvre par la même occasion.
Chic une leçon de couleur! Merci de nous faire profiter de tes tests quasi scientifiques : quel gain de temps pour nous. Grâce à toi je commence à mieux nuancer mes couleurs.
Justement, avec un métro de retard, je profitais des vacances pour "travailler" mes verts avec tes conseils du début de l'année. C'est un peu hors sujet mais tant pis, je pose ma question : comment choisis-tu ton vert de base de reflet entre Viridian, Winsor green BS très dilué et Vert de Hooker également très dilué ?
Merci et bon mois d'août

Claire Felloni 09/08/2015 20:04

De toute façon, pour les lumières, ces 3 verts sont à casser avec un petit peu de rouge ou de rose; le Viridian est très léger et doux mais il granule un peu. Comme lui et le vert émaraude sont très froids je les casse plutôt avec un rouge chaud comme le rouge de cadmium. Le vert de hooker, moins bleuté peut être cassé avec un peu de rose permanent. Le gris très léger et argenté qui existe sur les lumières d'une feuille est variable je ne sais trop quoi te répondre.Les feuilles brillantes sont souvent d'une couleur assez froide et les feuilles veloutées sont d'un vert plus chaud mais en fait ce n'est pas toujours le cas...

Sylvie 09/08/2015 12:00

Je reste toujours bouche bée... Merci, bel été à toi. SB

Caroline 10/08/2015 11:50

Merci beaucoup pour ta réponse, Claire, et à bientôt pour le stage d'automne!

Claire Felloni 09/08/2015 20:06

Merci Sylvie! je ne suis pas très présente sur mon blog cet été, je ne pense qu'à profiter des beaux jours!