Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : aquarelle-bota-clairefelloni
  • aquarelle-bota-clairefelloni
  • : Le blog met en ligne des cours d'aquarelle botanique, il parle de mon activité d'animation de stages d'aquarelle botanique, de mon métier d'illustratrice-nature, de mon intérêt pour la tradition de la peinture naturaliste, les sites naturels,la flore, et la faune sauvage.
  • Contact

Stages

Pour les stages, cliquez 

Recherche Sur Le Blog

Pivoines de Sourches

Pour voir l'article du blog, pour acquérir un print numéroté et signé de mes aquarelles de Pivoine du Château de Sourches, cliquez  

 

Leçons en Pdf

Les clés usb: cliquez

4 décembre 2015 5 04 /12 /décembre /2015 11:43

Le Rutabaga (Brassica napus subsp. rapifera) est un légume-racine proche du Navet et du Radis. On le nomme parfois Chou-navet car il résulte en gros, d’un croisement entre le Chou (Brassica oleracea) et le Navet (Brassica rapa), mais ce croisement peut donner des résultats différents puisque Brassica napus, c’est aussi le Colza (Brassica napus subsp. napus), dont la racine n’est pas tubérisée.

Plus spécialement, le Rutabaga est le Chou-navet à chair jaune. Pourquoi ce légume était-il si consommé pendant l’occupation allemande ? J’ai trouvé sur le net une possibilité de réponse : peut-être parce qu’il n’était pas réquisitionné, les allemands le boudaient car ils en avaient eu vraiment trop dans leur gamelle durant la première guerre mondiale.

cliquez dessus pour mieux le voir !

cliquez dessus pour mieux le voir !

Sans à-priori sur ces souvenirs d’une autre époque, je n’ai pas encore eu l’occasion d’éprouver les vertus culinaires, ni les vertus médicinales du Rutabaga, qui sont prouvées !

Je n’ai pas cuisiné mon rutabaga pourtant d’agriculture biologique (encore merci à Cor), ni râpé cru, ni en purée ni en gratin, le croyant abîmé du fait que j’ai pris tout mon temps pour le peindre. En réalité, n’ayant pas de cave, je l’ai laissé longtemps dehors et il devenait un peu mou! Mais il paraît qu’il se conserve très bien au frais, deux mois en cave. Mes recherches m’ont appris qu’il s’agit d’un légume qui vient surtout des pays froids, de Scandinavie : son nom vient du suédois rotabagge. Il est d’abord signalé en Europe vers 1620 puis introduit vers 1806 au Canada où il connait un certain succès sous le nom de « navet de Suède » car sa culture se prêtait bien au climat.

Je l’ai trouvé beau à peindre, laissant se développer quelques petites feuilles bien fermes au centre du collet. Les grandes feuilles s’étaient flétries très vite ; j’avais fait le choix de les couper. La racine pivot de mon rutabaga présentait pas mal de racines adventices, c’était intéressant du point de vue graphique mais je crois que cela vient d’une terre un peu trop meuble, ou d’un climat trop doux…

La qualité du violet un peu froid du sommet de mon rutabaga, le contraste avec la base assez jaune me plaisaient bien.

La palette des mélanges utiles

La palette des mélanges utiles

Voici la palette des couleurs qui m’ont servies. A noter que le Magenta permanent de chez Winsor et Newton (PV 19), qui m’a servi dans plusieurs des mélanges est assez particulier, il ne faut pas le confondre avec le Magenta quinacridone (PR 122). Il réagit de façon très intéressante dans les mélanges, par exemple il fait de beaux gris en mélange avec le vert oxyde de chrome. Pour fabriquer une sorte d’équivalence de cette couleur il faudrait casser du Magenta quinacridone non avec du bleu mais plutôt avec un petit peu de Winsor green blue shade.

Partager cet article

Repost 0
Published by Claire Felloni - dans Petites leçons
commenter cet article

commentaires

PASTEL 17/01/2016 08:33

bravo pour vos aquarelles botaniques moi qui suis fleuriste de formation c'est un plaisir pour mes yeux

Claire Felloni 20/01/2016 18:31

On ne voit pas beaucoup de rutabaga chez les fleuristes, dîtes-moi ! mais je suis ravie que vous le trouviez à votre goût!

yann 12/12/2015 09:52

Voilà un beau légume qui donne envie d'être mangé. Pour ma part je ne sais pas si j'ai déjà eu l'occasion. C'est vrai qu'il a une mauvaise réputation depuis la guerre, mais il devait être bien utile à ceux qui pouvaient le faire pousser.

Claire Felloni 15/12/2015 18:46

Oui Yann! et surtout c'est un légume qui ne craint pas le froid et se conserve bien, ce qui était fort appréciable pendant l'occupation!

Danièle C. 07/12/2015 19:34

Je pense que j'ai été prise pour une autre Danièle... même s'il m'arrive aussi de peindre des oiseaux ! Je suis simplement une nouvelle admiratrice abonnée à votre blog depuis quelques semaines et détentrice de votre livre. Je signerai désormais de mon nom complet Danièle Cifré.

Danièle C. 06/12/2015 23:36

Quel plaisir à la découverte de chaque nouvel article ! Mes journées d'hiver vont être bien remplies : d'abord votre livre, je viens de réaliser "orange sanguine et passe-crassane", un bonheur ! Complété par toutes les "petites leçons" du blog que, suivant votre conseil, je découvre jusqu'aux premiers. J'ai les yeux pleins de fleurs, de fruits et de légumes et j'apprécie également les renseignements botaniques tous très intéressants. Bravo pour le petit dernier, le rutabaga si transparent et précis.

Claire Felloni 07/12/2015 18:26

Merci Danièle, je craignais que tu ne veuilles plus peindre que des oiseaux ! me voilà rassurée! :-)

Olivier 04/12/2015 21:51

Je suis toujours sidéré par la qualité de vos œuvres, parce que j'imagine toujours l'aquarelle comme une peinture une peu floue, ne permettant pas de détail très fins, alors que là on voit une précision juste incroyable.

Claire Felloni 07/12/2015 18:24

Pour l'aquarelle botanique, je ne travaille pas dans le flou; mais parfois dans du paysage... je suis moins précise !