Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : aquarelle-bota-clairefelloni
  • aquarelle-bota-clairefelloni
  • : Le blog met en ligne des cours d'aquarelle botanique, il parle de mon activité d'animation de stages d'aquarelle botanique, de mon métier d'illustratrice-nature, de mon intérêt pour la tradition de la peinture naturaliste, les sites naturels,la flore, et la faune sauvage.
  • Contact

Stages

Pour les stages, cliquez 

Recherche Sur Le Blog

Pivoines de Sourches

Pour voir l'article du blog, pour acquérir un print numéroté et signé de mes aquarelles de Pivoine du Château de Sourches, cliquez  

 

Leçons en Pdf

Les clés usb: cliquez

24 avril 2016 7 24 /04 /avril /2016 18:20

Puisque c’est vraiment la saison où nous pouvons les voir tous les trois au bord des chemins, j’ai eu envie de vous parler de ces modestes plantes qui ne font pas souvent la une et qui sont très communes car elles ne craignent pas les nitrates : les Lamiers.

Moi qui aime bien détailler les fleurs à la loupe je leur ai toujours trouvé une allure amusante car elles se cachent sous un casque dont la visière rabattue cache leur intimité. Lamium vient du grec laïmos qui signifie gosier ; les abeilles soulèvent le casque et viennent fouiller au fond de ce gosier largement ouvert. La tige est de section carrée. Sur les boutons floraux, le casque bien refermé forme une perle toute ronde.

Trois lamiers

C’est le Lamier blanc (Lamium album) qui se remarque le plus car il est de plus grande taille ; quand il n’est pas en fleur, on hésite à le toucher : ses feuilles fortement dentées ressemblent à celles de l’Ortie et c’est pour cette raison qu’il se nomme aussi Ortie blanche. C’est celui qui le plus a été représenté car on se soignait avec et on le consommait dans les campagnes.

Lamium purpureum, le Lamier pourpre
Lamium purpureum, le Lamier pourpre

Le Lamier pourpre (Lamium purpureum) est le plus commun et le plus précoce, il fleurit partout dès que l’hiver marque le pas ; ses petites feuilles larges et lavées de pourpre forment une tête qui se repère presque plus vite que les fleurs.

Lamium galeobdolon, le Lamier jaune
Lamium galeobdolon, le Lamier jaune

Le Lamier jaune (Lamium galeobdolon) est un peu moins fréquent, quelques petits points rouges décorent la lèvre inférieure de la fleur ; ses feuilles sont parfois maculées de taches blanchâtres. Il aime bien les sous-bois.

J’avais figuré ces 3 lamiers ainsi que l’Ortie en comparaison pour une rubrique d’un almanach de nature de La Martinière.

J’avais figuré ces 3 lamiers ainsi que l’Ortie en comparaison pour une rubrique d’un almanach de nature de La Martinière.

Le Lamier d'après nature par Hans Weiditz
Le Lamier d'après nature par Hans Weiditz

J’ai eu envie de chercher des illustrations anciennes réalisées pour de célèbres ouvrages, les voici :

Dans le célèbre « Herbarium vivae eicones » d’Otto Brunfels, imprimé en 1530, une des premières représentations d’un lamier d’après nature et non pas d’après des documents plus anciens, c’est une gravure sur bois d’après des dessins de Hans Weiditz.

Ce beau fragment d’une gravure de Pierre-Joseph Redouté est issue du tome 21 d’un ouvrage de 1805 : « La Botanique de Jean-Jacques Rousseau ».

Ce beau fragment d’une gravure de Pierre-Joseph Redouté est issue du tome 21 d’un ouvrage de 1805 : « La Botanique de Jean-Jacques Rousseau ».

Le Lamier d'Auguste Faguet
Le Lamier d'Auguste Faguet

Dans le tome 11 de l’Histoire des plantes, de H.Baillon (1891-1892) deux extraits d’une planche d’Auguste Faguet sur la structure des lamiers.

Gros plan sur une corolle de Lamier par Auguste Faguet.
Gros plan sur une corolle de Lamier par Auguste Faguet.
On comprend bien sur ces illustrations la corolle zygomorphe des labiées en général. J’avais expliqué la zygomorphie dans un article de « Mots de Bota » c’est à revoir là.

Partager cet article

Repost 0
Published by Claire Felloni - dans Flore
commenter cet article

commentaires

Michelle de Rigal 25/03/2017 08:42

Bonjour Claire,
Merci pour ces belles photos et pour tout ce que tu nous apprend sur les plantes, justement, des lamiers, il y en a 2 dans mon jardin, et puis les coquillages, quelle bonne idée, cela ne bouge pas !
Bon WE !

Claire Felloni 30/03/2017 09:57

Je vois que tu consultes les archives ! c'est bien ça ! bises à toi, Michelle !

Laurence 01/05/2016 22:47

Quant a moi, gentes dames, je me soigne a l

Nadezda 25/04/2016 16:44

Vous êtes une fameuse aquarelliste, vos travaux sont superbes !

Claire Felloni 25/04/2016 18:59

Merci Nadezda ! mais tout n'est pas de moi!

Catherine D 25/04/2016 11:45

Joli et intéressant ...
une amie venue hier faire un tour et prendre un thé a remarqué le L.purpurescens que je n'arrache pas, et m'a dit: "on dirait une orchidée" étonnée de voir une fleur dite sauvage dans un jardin !
Belle journée Claire

Claire Felloni 25/04/2016 18:58

C'est cette corolle à symétrie bilatérale et la forme en épi qui fait qu'on pense orchidée! moi non plus je ne les arrache pas et ils sont en mélange avec un petit fumeterre en ce moment, ça met de la couleur.

Michelle de Rigal 25/04/2016 08:52

Merci chère Claire, pour la page très intéressante sur les lamiers. Quelle coïncidence, je viens juste (vendredi) d'identifier ces mystérieuses plantes qui poussent naturellement dans mon jardin et que je trouve très belle et discrètes : le lamier pourpre ! J'ai aussi du lamier jaune qui se multiplie gratuitement ....
Belle journée !
Bises
Michelle

Claire Felloni 25/04/2016 18:52

Le pourpre est très commun mais il est tout petit et fait presque des tapis, tu pourrais aussi avoir lamium maculatum qui est moins commun, plus grand et plus beau...c'est sympa d'avoir le jaune aussi