Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : aquarelle-bota-clairefelloni
  • aquarelle-bota-clairefelloni
  • : Le blog met en ligne des cours d'aquarelle botanique, il parle de mon activité d'animation de stages d'aquarelle botanique, de mon métier d'illustratrice-nature, de mon intérêt pour la tradition de la peinture naturaliste, les sites naturels,la flore, et la faune sauvage.
  • Contact

Stages

Pour les stages, cliquez 

Recherche Sur Le Blog

Pivoines de Sourches

Pour voir l'article du blog, pour acquérir un print numéroté et signé de mes aquarelles de Pivoine du Château de Sourches, cliquez  

 

Leçons en Pdf

Les clés usb: cliquez

6 avril 2008 7 06 /04 /avril /2008 10:05


Ce qui fait le charme des papillons du genre Parnassius, c'est à dire des Apollon, Petit apollon et Semi-apollon, c'est la marge des ailes,qui, dépourvue d'écailles, devient transparente, on dit  en fait : "hyaline".
Le même phénomène existe avec le Gazé qui perd au fil du temps toutes ses écailles blanches, ne laissant bien visible, à terme, que les nervures noires qui semblent les barreaux d'un vitrage.
Chez l'Apollon, ce sont d'abord les ailes antérieures qui deviennent hyalines sur les bords, quand ensuite, la perte des écailles se généralise, le papillon devient tout scintillant et magnifique à observer en vol.
Les écailles sont blanc-crème, avec des taches et motifs d'écailles noires et des ocelles rouge.




Les populations françaises d'Apollons (Parnassius apollo) se sont trouvées séparées au moment des glaciations et ont donc évolué vers l'état de sous-espèces qu'elles n'ont pas forcément acquis. En France, neuf sous-espèces sont reconnues, dont trois du Massif central parmi lesquelles celle que je montre ici : Parnassius apollo ssp. fransisci.

La variabilité joue surtout sur la présence, l'absence, l'étendue des ocelles. Ces points de couleur, le plus souvent  rouge mais parfois jaune-orangé sont toujours cernés de noir et parfois pupillées de blanc.
Au matin, on peut parfois rencontrer l'Apollon, isolé et pendu à l'envers, sous une centaurée par exemple,c'est ainsi qu'il passe les heures froides et humides de la nuit . C'est idéal pour le photographier au matin avant qu'il ne prenne son envol (après, c'est plus difficile !)

Chez la sous-espèce 'Gazelli' du Petit Apollon, que voici, les ailes sont blanc de craie et peu ornées par rapport au Petit Apollon normal (Parnassius phoebus) qui possède des ocelles rouges sur les ailes antérieures.











Le dernier de ces trois espèces montagnardes, le Semi-apollon (Parnassius mnemosyne) est plus discret, il ne possède jamais d'ocelles rouge et seulement deux taches noires qui le différencient du Gazé, sans taches.
 
 





Pour comparer voici une grappe de Gazés (Aporia crataegi), ils se rassemblent ainsi en dortoirs pendant la nuit .















Partager cet article

Repost 0
Published by Claire Felloni - dans Illustration
commenter cet article

commentaires

Viviane 11/04/2008 22:43

Quelle splendeur
j'adore les dessins naturalistes
une vieille botanique de 1800 et quelques dans ma bibliothèque dessins en noir et blanc, texte à faire revenir Dhotel de sa tombe tant cela lui aurait plu de poésie

Je vais vous mettre en lien sur mon blog, pour venir rêver chez vous ... merci

Nanou 07/04/2008 13:58

Claire, je suis sous le charme de ces aquarelles mais aussi ton savoir des fleurs. arbres et insectes. Si tu as l'intention de créer un stage pour apprendre quelques rudiments élémentaires de cette technique, fais le moi savoir, stp. Bien sûr tout dependra du lieu, époque etc.

syboule 07/04/2008 13:48

pas mal votre encyclopédie en ligne !!
bravo pour ce travail et cette passion partagée avec les blogueurs!!
bisssssssssss

Adil 07/04/2008 04:48

Chère Claire Felloni;
Je ne crois pas que tu te rends compte du bien que tu fais;tu es une vrai ange.
Sur ton précédent article,tu as parlé du brou de noix.C'était pour moi un vulgaire déchet,jusqu'à ce que tu en vantes l'utilité.J'ai deux noyers auquels je tenais beaucoup sans savoir pourquoi malgrès le fait qu'ils me décevaient.3 ans de suite,ils ne donnent que des fruits pourries à l'intérieure (pulpes noires et grisâtres).J'ai essayé différents traitements que m'ont conseillé des amis,mais en vain.En plus,il ne se passait pas un mois sans que des chasseurs de bois de noyer(des personnes de mauvaise augure) ne frappent à ma porte pour que je leur vende mes noyers.Cette année,malgrès bon grès, j'ai faillit succomber aux harcèlements de ces croques-mort que j'ai d'ailleurs toujours détesté.Cependant quand j'ai lu ton article sur le brou de noix,s'était juste le coup de pouce qu'il me falait pour que je ne cède pas à ces vautours.Tu viens de sauver deux âmes sans que tu te rendes compte.Je voudrais que tu saches que tu viens de m'épargner un crime odieux.Je te dois beaucoup car dans ma culture celui qui a sauvé une âme,il a sauvé l'humanité entière.
Mais fidèle à ta ligne de conduite,tu ne t'es pas arrêté à cet honneur,tu as récidivé spontanément:
Tu viens de parler d'un papillon que nous autres avons épuisé quelques années à défendre avec acharnement.Mais avec beaucoup d'amertume et de décéption nous nous sommes rendu compte que nous sommes vaincu.Ni les sourdes oreilles nous ont entendu ni le peu des moyens nous ont permis de changer de stratégie.
Le Gazé (Aporia crataegi) est un bioindicateur de la bonne ou de la mauvaise santé de la cedraie marocaine.Hélas le tout se mzeurt,nous n'avons pas réussi à sauver ni le gazé ni à protéger le cèdre du moyen atlas central.Nous avons essayé mais à coup sûre,je suis convaincu que nous avons échoué.C'est une bouteille que je jette dans la mer pour tous ceux et celles qui passent par ce blog.
Bonsoir.

Claire Felloni 07/04/2008 21:39



Bonsoir Adil,
Que d'honneur tu me fais ! Cela me plait bien d'être une protectrice des arbres, mais au risque de te décevoir, quand j'étais à l'école Boulle (il y a longtemps) en atelier sculpture, j'ai taillé
dans du noyer ! et, en fait , ça ne m'a pas plu du tout, j'ai bien préféré le chêne qui donne des arêtes franches. Le noyer, il fallait le finir à la rape et celà donnait des formes molles. Mais
surtout, garde tes noyers car l'arbre,en pied, est magnifique ! j'aime beaucoup son écorce.
Je suis bien désolée que le Gazé soit disparu du Maroc et j'espère que pour les cèdres, tout n'est pas perdu car ce serait bien navrant... C'est à cause de la sécheresse, peut-être ?
Amitiés, Claire



Orties 06/04/2008 21:09

Ils portent bien leur noms ces papillons.