Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : aquarelle-bota-clairefelloni
  • aquarelle-bota-clairefelloni
  • : Le blog met en ligne des cours d'aquarelle botanique, il parle de mon activité d'animation de stages d'aquarelle botanique, de mon métier d'illustratrice-nature, de mon intérêt pour la tradition de la peinture naturaliste, les sites naturels,la flore, et la faune sauvage.
  • Contact

Stages

Pour les stages, cliquez 

Recherche Sur Le Blog

Pivoines de Sourches

Pour voir l'article du blog, pour acquérir un print numéroté et signé de mes aquarelles de Pivoine du Château de Sourches, cliquez  

 

Leçons en Pdf

Les clés usb: cliquez

27 septembre 2008 6 27 /09 /septembre /2008 19:16

La Sarthe à St-Pavace, et les reflets dans l'eau, c'était notre programme pour cette deuxième après-midi de terrain du 27 Septembre 2008.

En ce moment , ce sont les 'écourues', c'est à dire que la Sarthe connait un abaissement passager de son niveau d'eau qui doit permettre aux riverains de nettoyer ses abords. Cela lui donne une physionomie inhabituelle, nous avions même une petite plage caillouteuse pour nous installer et notre angle de vue en devenait différent.

Le reflet et la transparence :

Le reflet joue un rôle de plus en plus important, en allant vers le fond, puisque le regard se porte presque parallèlement à la surface de l'eau, mais comme ici beaucoup d'arbres se reflètent dans l'eau, les fonds restent sombres, il faut tirer partie des lignes très claires de reflets qui existent au loin car elles contribuent à l'effet de miroir, surtout qu'elles contrastent avec la zone la plus sombre qui est le ruban d'ombre portée par les arbres au ras de l'eau.

La transparence joue sur les plans rapprochés, où le regard peut plonger au fond de l'eau ; la transparence n'y est alors vraiment perceptible que dans les ombres portées par les arbres, car sinon le reflet l'estompe.

Là où l'eau reflète le ciel, on peut voir des couleurs toujours très claires, en rappel de celles du ciel ; on peut poser ces jus légers au départ dans le mouillé sur le ciel et sur toute la surface de l'eau, mais il vaut mieux s'y prendre en deux étapes : le dessus, puis le dessous de la ligne d'horizon, en attendant suffisamment pour que les 2 zones humides n'entrent pas en contact.

  • 1 : Au-dessus de l'horizon, on pourra donc intervenir dans le mouillé, d’abord avec les nuances du ciel, puis, pour les frondaisons lointaines, on pourra laisser fuser un peu des couleurs du feuillage en poussant les pigments vers le bas. Ils seront ainsi bloqués sur l’horizon.

2 : Au-dessous de l'horizon, pour le 1er lavis de reflets du ciel, il vaut mieux éviter, en principe, de poser de brun-vert pour ne pas perdre les lignes claires de reflets, (parfois même des zones importantes au milieu de la rivière) qui existent au loin. Pour traduire les ombres portées des arbres dans l'eau, il vaut mieux agir en glacis sur le 1er lavis clair bien sec en posant des touches ou des nappes de valeur plus sombre. Ces touches posées très liquides, fusionnent entre elles et on peut y laisser fuser des nuances qu'on aura préparées à l'avance, surtout dans les plans rapprochés où joue la transparence.

J'ai beaucoup utilisé les mélanges de vert mousse + carmin, avec des apports d’Indigo, de Vert oxyde de chrome, de Sépia dans les lointains (glacis) et plus de Terre de Sienne brûlée, de Pierre de Fiel sur les transparences des plans rapprochés (dans le mouillé).

Partager cet article

Repost 0
Published by Claire Felloni - dans Jardins et Paysages
commenter cet article

commentaires

Hacène 06/12/2008 18:15

La première a ma préférence, simplement parce que j'aimerais bien me retrouver au bord de cette rivière en ce moment même, mais la seconde me laisse un peu pantois ! Quel reflet ! Pfff, ce doit être un sacré boulot d'apprendre comment rendre la transparence et la luminosité. C'est surtout cette dernière qui m'impressionne vraiment. On retrouve parfaitement l'impression que l'on a au bord d'un cours d'eau.
L'arbre, le premier au bord de l'eau, sur la droite, c'est un saule argenté ?

Claire Felloni 07/12/2008 18:59


Moi, je l'appelle saule blanc, mais c'est le même, je crois. Sur la partie gauche les feuilles commençaient à jaunir (c'est en septembre). Quant à la réussite du sujet, c'est parfois un peu
magique; celle-là, je l'ai faite après l'autre, en fin d'après-midi, je crois que la lumière du soir m'inspirait et qu'il fallait faire vite pour la saisir. C'est enrageant parfois l'aquarelle
parceque le résultat n'est pas proportionné au temps passé et à l'énergie qui est mise ! 


LIZOTCHKA 07/10/2008 21:54

Bonsoir Claire!
Je te remercie de tes visites sur mon blog et de tes commentaires. J'étais déjà venue sur ton blog. C'est époustouflant.
Je suis sarthoise maintenant, j'habite à Saint-Jean-de-la-Motte, près de La Flèche.
Bonne soirée!

loralie 02/10/2008 09:57

Tu es très douée, c'est tout simplement magnifique, j'aime beaucoup ;-)

Je te souhaite une bonne journée ^^

Elizabeth 29/09/2008 21:58

Dans mon secteur, la Loire a effectivement de jolies bancs de sable; et certes, il faut plus de bleu, mais ma bête noire, ce sont aussi les verts des arbres autour!

eva baila 28/09/2008 22:18

Claire sait tout peindre ! (je ne saurais jamais dire autrement mon admiration...) eva