Présentation

  • : aquarelle-bota-clairefelloni
  • aquarelle-bota-clairefelloni
  • : Le blog met en ligne des cours d'aquarelle botanique, il parle de mon activité d'animation de stages d'aquarelle botanique, de mon métier d'illustratrice-nature, de mon intérêt pour la tradition de la peinture naturaliste, les sites naturels,la flore, et la faune sauvage.
  • Contact

Stages

Pour les stages, cliquez 

Recherche Sur Le Blog

compteur

 

27 février 2012 1 27 /02 /février /2012 09:38

 

Le Stage d’Atelier de Février vient de se terminer  et même si une de mes stagiaires avait préféré peindre autre chose, on peut dire qu’il fut axé  sur les Orchidées car j’avais apporté 4 hybrides issus des genres Dendrobium et Odontoglossumcambri1Les « Cambria » sont en fait des hybrides d’Odontoglossum.

orchid 1J’avais déjà proposé les années précédentes mon Cambria à fleurs blanches ornées de gros points roses que d’anciens stagiaires reconnaîtront et que Janyne avait choisi.

Cette année, j’ai trouvé un autre hybride d’Odontoglossum mais je ne me risquerai pas à être plus précise sur son nom car les obtentions sont de plus en plus nombreuses et les croisements très compliqués… En tous cas cette orchidée chamarrée de rouge et de jaune a donné bien du fil à retordre à Michel !

orchid2 

 

 

 

 

 

 

  Elle ressemble beaucoup à une espèce type qu’on peut admirer dans le très bel ouvrage de James Bateman «  Une monographie des Odontoglossum » datant de 1874. Voici un lien sur la planche : http://www.botanicus.org/page/270153

 

 Une pose Hortensia avec le travail de Christiane:

orchid5

Revenons aux Orchidées: orchid4Je proposais aussi deux hybrides de Dendrobium. On peut simplement voir une différence avec le genre Odontoglossum en observant les pseudo-bulbes qui sont simples, ovoïdes et un peu aplatis chez les Cambria alors que chez les Dendrobium, c’est en général la tige qui est épaissie et semble segmentée. Elle tient lieu de réserve d’eau, et pourrait aussi protéger du froid… c’est semble-t-il la fonction  des pseudo-bulbes.

orchid 3Cette grosse tige des Dendrobium est d’ailleurs très esthétique avec ses feuilles alternées, les gaines superposées desservant chacune une feuille. A la base des tiges, les gaines blanchissent et deviennent satinées (en botanique, on dit hyalines…) mais restent finement rayées.

Pour le Dendrobium d’Eliane, j’ai trouvé aussi une planche d’un autre ouvrage de James Bateman, et la planche parue dans le 'Curtis' botanical magazine ̓ est une lithographie de Walter Hood Fitch. L’orchidée ( Dendrobium hedyosmum)  n’y est pas jaune mais son allure générale est assez semblable ! http://www.botanicus.org/page/1981793

 

Ou encore celle-ci ( Dendrobium xanthophlebium) dont j’ai pu capturer l’image :

 dendro-xantho.jpg 

Nos Dendrobium restaient naturellement dressés mais pour les autres, je libère toujours les orchidées des tuteurs qu’on leur impose pour les redresser ; dans la nature les espèces sauvages, très souvent épiphytes, ont une hampe florale retombante. Quand nous préparons notre sujet, pour clarifier les choses, nous isolons des portions par des morceaux de papier absorbant afin d’éliminer des arrière-plans qui rendraient  la composition trop confuse comme ici sur le Dendrobium d'Emilie.

orchid-6.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Et pour finir une petite photo du groupe…

orchid8.jpg

orchid7

 

 

Un grand merci à Emilie qui a mis à ma disposition toutes ses photos et même celle d’un petit écureuil du Jardin des Plantes !

 

 

 

 

 

Partager cet article

Published by Claire Felloni - dans Petites leçons
commenter cet article

commentaires

Laurence 27/02/2012

Les orchidées ont quelque chose de fascinant! Mais j'aime beaucoup l'hortensia (peut-être parce qu'on n'en vois guère ici)

Patsy 28/02/2012

Un super stage avec des travaux très sympas !

Yann (Espace graphique) 29/02/2012

Ça ne pouvait être que magnifique et c'est bien le cas.

J'en ai profité pour faire un lien, je trouve que l'étude documentaire apporte parfois autant qu'un texte.

J'ai moi aussi retiré le tuteur d'une orchidée, après deux floraisons, la hampe était sèche, je l'ai donc sectionnée. Inutile de garder en place le tuteur vu que la prochaine hampe ne serait pas
sortie au même endroit.

Ensuite il faut sans doute rempoter pour remettre le tuteur, sinon on risque de percer une racine, j'ai préféré laisser la plante à son état naturel.

Pour un phalaenopsis : Une hampe qui retombe, c'est normal, vu qu'elle est épiphyte.

C'est là que j'ai compris pourquoi certaines orchidées opéraient à une résupination (rotation des fleurs à l'ouverture). Comme la hampe peut se retrouver verticale comme retombante, les fleurs
doivent nécessairement tourner pour que le labelle soit dans le bon sens.

Les insectes préfèrent sans doute des pistes atterrissage dans les normes.

J'en conclus que si on tourne la hampe progressivement lors de la floraison on doit pouvoir avoir des fleurs qui se positionnent sur des axes différents (je ne le ferais pas).

Oups, j'ai été bavard aujourd'hui !

Euterpe 29/02/2012

Quelles splendeurs ! Mais je me demande comment obtenir d'aussi beaux jaunes...de quelle marque d'aquarelle ou d'encre s'agit-il ? Mes aquarelles ne restituent pas l'intensité des jaunes d'une
fleur même en y ajoutant une pointe de vermillon, même en utilisant mes nuances de jaune à la truelle. Elles restent toujours trop pâlichonnes par rapport aux modèles.

Sinon je t'ai taguée sur mon blog si tu souhaites participer tout en sachant bien que ce n'est pas le propos de ton blog (mais je me suis fait moi-même taguer hors propos je dois dire).

christian lemenuisiart 03/03/2012

C'est magnifique , les dessins sont de vrai photo
A bientôt

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog