Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : aquarelle-bota-clairefelloni
  • aquarelle-bota-clairefelloni
  • : Le blog met en ligne des cours d'aquarelle botanique, il parle de mon activité d'animation de stages d'aquarelle botanique, de mon métier d'illustratrice-nature, de mon intérêt pour la tradition de la peinture naturaliste, les sites naturels,la flore, et la faune sauvage.
  • Contact

Stages

Pour les stages, cliquez 

Recherche Sur Le Blog

compteur

 

11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 10:06

La dune grise, c’est cette partie en arrière de la dune mobile ou le sable est stabilisé par une végétation rase que j’ai chaque année beaucoup de plaisir à détailler, l’appareil photo à hauteur du museau d’un lapin.

dunegrise1

Au printemps, c’est surtout le Rosier pimprenelle (Rosa pimpinellifolia), qui me réjouit. Couvert d’aiguillon, il sait fort bien se défendre et cela le sauve car il est si tentant à cueillir ! Il est souvent accompagné de l’Euphorbe de Portland (Euphorbia portlandica) et cette année sur mes dunes, l’Orchis morio était très présent aussi avec quelques pieds à variante rose pâle.

dunegrise2.jpg dunegrise4.jpg

L’Orchis bouffon (Orchis morio) n’était pas la seule orchidée visible sur le terrain ; l’Ophrys araignée (Ophrys sphegodes) et même l’Orchis grenouille (Coeloglossum viride) étaient au rendez-vous !

dunegrise3.jpgUne autre petite espèce typique des dunes rases est l’Euphraise casse-lunette ou Herbe aux myopes et c’est vrai qu’il faut bien la repérer car elle est discrète !

L’Orchis bouffon apprécie les sols calcaires comme beaucoup d’Orchidées ; alors que fait-il là sur le sable me direz-vous ? C’est que ce sable du littoral est très riche en débris coquilliers donc en calcaire et ces petites orchidées y ont trouvé un refuge.

bouffon1

      Je connais depuis longtemps ce petit orchis des pelouses calcaires sèches, de l’Orne et du Nord de la Sarthe, et j’en avais tiré une gravure en taille-douce que voici, où il cohabite avec le Polygala. Ma gravure couleur nécessitait un encrage à la poupée et quelques rehauts d’aquarelle sur chaque tirage. Je vous avais expliqué cette technique dans un autre article du blog à propos d’un Ophrys abeille, voir là.

bouffon2

 Vous voyez en bas la version au sortir de l’impression. Sur la version finale (en haut), il était important d'ajouter à l’aquarelle des rayures vertes sur le casque de l’Orchis bouffon qui sont un critère de reconnaissance pour cette petite orchidée.

J’ai mis en place un deuxième stage de terrain du 11 au 14 Juillet, dans des jardins locaux autour du Mans car le premier était complet mais je n’ai qu’une inscription ferme pour le moment… voir les conditions sur ma page Stages‘ si cela vous intéresse.

Partager cet article

Published by Claire Felloni - dans gravure taille-douce
commenter cet article

commentaires

ClaireB 11/06/2012

J'avais oublié cette technique de gravure et son rendu si particulier, notamment des verts.Merci de me le remémorer. Cette technique doit être assez longue et fastidieuse à réaliser non ?

christian lemenuisiart 12/06/2012

Superbe en photos , texte et dessin
A bientôt

Lydie 12/06/2012

Bonjour Claire,
Ces petits rosiers sont présents aussi dans les dunes du Cotentin et j'attends chaque année leur floraison avec impatience. La dune est alors envahie par leur parfum, un véritable délice olfactif.

Claude 12/06/2012

Ces roses, c'est un peu comme les cistes en Provence, les touristes arrivent lorsque la fête est finie.
Je note que Claire a pris une grande assurance dans le trait depuis cette gravure.
Pour ce qui est de la couleur et de la gravure, je ne suis pas certain que la mariage soit toujours facile. Mis à part bien sur les estampes sur bois. Robert Hainard gravait jusqu'à 12 panneaux
pour une seule oeuvre, on imagine le travail.

Yann (Espace graphique) 13/06/2012

Je t'envie d'avoir trouvé de si belles orchidées.

Impossible de déplacer ces merveilles de la nature pour les dessiner dans ton atelier et je te vois mal apporter ton nécessaire de gravure sur place.

On a quand même de la chance de vivre à l'ère de la photo, cela simplifie la logistique du peintre !