Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : aquarelle-bota-clairefelloni
  • aquarelle-bota-clairefelloni
  • : Le blog met en ligne des cours d'aquarelle botanique, il parle de mon activité d'animation de stages d'aquarelle botanique, de mon métier d'illustratrice-nature, de mon intérêt pour la tradition de la peinture naturaliste, les sites naturels,la flore, et la faune sauvage.
  • Contact

Stages

Pour les stages, cliquez 

Recherche Sur Le Blog

compteur

 

9 janvier 2011 7 09 /01 /janvier /2011 16:39

Plusieurs espèces d’orchidées sauvages de notre flore de France sont non chlorophylliennes.

orchidnonchlor1Les deux espèces que je montre là, ont donc en commun ce point : elles n’ont pas  besoin de larges limbes foliaires pour synthétiser la chlorophylle et se contentent, en guise de feuilles, d’écailles pâlichonnes réparties le long de la tige. Ces plantes ont la capacité de fleurir même sous terre, en s’autofécondant et c’est l’observation de ce phénomène sur la Néottie nid d’oiseau, qui a permis d’établir l’existence de la fameuse symbiose que toutes les orchidées entretiennent avec des champignons présents dans le sol.

Ces champignons sont même présents dans leurs racines : c’est à peu près la définition du mot « endomycorhize ». Pour les orchidées non chlorophylliennes, cette symbiose est un euphémisme puisqu’en réalité elles parasitent carrément le champignon et leur survie dépend totalement de lui. Dés lors, elles n’ont pas besoin non plus de faire de grosses réserves dans des bulbes comme le font les Orchis; et c’est pourquoi on trouve plutôt chez ces espèces des racines un peu charnues emmêlées comme le fameux « nid d’oiseau » de la Néottie ou des rhizomes coralliformes.

La Néottie est une orchidée strictement non chlorophyllienne, on pourrait citer aussi l'Epipogon (voir ) et la Racine de Corail, deux espèces forestières aussi.

orchidnonchlor2-.jpg

Le Limodore, plus  imposant, possède un peu de chlorophylle, mais pas suffisamment pour alimenter sa pousse, son champignon symbiotique fait l’essentiel du travail pour nourrir ce gourmand.

 

Celui qui a déjà repéré les étranges cannes gris-violacées du Limodore, grosses comme un doigt, et sortant drues du sol forestier conviendra avec moi qu’il n’a pas l’air d’avoir beaucoup besoin de fabriquer de la chlorophylle…

 

 

Je  vous rappelle les dates à venir concernant les stages d'atelier de 4 jours, j'ai  finalement décidé de reproposer cette année le stage du 1er Mai, il aura bien lieu au Mans, comme d'habitude (toutes ces dates correspondent à des vacances scolaires de la zone A).

Printemps 2011: du 2 au 5 Mars (2 inscrits), du 9 au 12 Mars (5 inscrits)

1er Mai 2011: du 4 au 7 Mai     

Partager cet article

Published by Claire Felloni - dans Illustration
commenter cet article

commentaires

Malivoyage 16/01/2011 21:14


Ca faisait longtemps que je n'étais pas venue par ici, je note les dates de stages dans mon prochain calendrier...
A bientôt


Douar_Nevez 15/01/2011 10:59


Bonne fin de semaine Claire.
Bisous.


Douar_Nevez 13/01/2011 18:43


Bonne soirée Claire.
Bisous.


Euterpe 13/01/2011 10:38


Encore appris des choses incroyablement passionnantes, merci beaucoup ! Je vais surveiller la flore du Brandebourg pour voir si ces étranges fleurs poussent dans ces contrées au climat rude et aux
sols plutôt pauvres. Mais je pense que oui parce qu'elles n'ont donc pas trop besoin de soleil si je comprends bien.


Claire Felloni 14/01/2011 21:27



Je n'avais pas réalisé que tu nous écrivais de si loin! je crains que tu ais du mal à trouver le Limodore en Brandebourg; il est donné comme très rare en Belgique même la Néottie ne sera pas
facile à trouver je crois que c'est trop nordique!



valerie de familyblog 11/01/2011 16:52


très jolies, j'aime énormément la flore
bonne fin de journée
val