Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : aquarelle-bota-clairefelloni
  • aquarelle-bota-clairefelloni
  • : Le blog met en ligne des cours d'aquarelle botanique, il parle de mon activité d'animation de stages d'aquarelle botanique, de mon métier d'illustratrice-nature, de mon intérêt pour la tradition de la peinture naturaliste, les sites naturels,la flore, et la faune sauvage.
  • Contact

Stages

Pour les stages, cliquez 

Recherche Sur Le Blog

Pivoines de Sourches

Pour voir l'article du blog, pour acquérir un print numéroté et signé de mes aquarelles de Pivoine du Château de Sourches, cliquez  

 

Leçons en Pdf

Les clés usb: cliquez

8 septembre 2011 4 08 /09 /septembre /2011 11:06

 

Pour cette semaine, j’ai retrouvé deux ensembles d’associations végétales, comme ceux que je vous ai montrés à plusieurs reprises, (voir ou , par exemple). Ce sont toujours des commandes d’illustrations pour la partie Nature des « Guides Gallimard ». Pour le guide sur Londres, la partie nature était assez développée car la flore et la faune sauvages  sont bien intégrées à la ville.

Je n’évoque ici que des plantes qui sont arrivées seules et non celles qu’on a installées dans les parcs et jardins ; les espaces où elles peuvent s’établir sont des interstices, des vieux murs, des zones ensauvagées, des friches et des terrains vagues…Souvent, elles ne sont pas spectaculaires mais parfois elles séduisent au point qu’on les conserve par choix. En ville, la frontière entre plantes « indigènes », donc faisant partie de la flore naturelle du lieu, « échappées de jardins » et « invasives » n’est pas toujours facile à fixer.

Londres1.jpgSur mon mur de briques, se sont installées une petite fougère discrète, indigène en France, la Rue des murailles (Asplenium ruta-muraria), et la Linaire cymbalaire qu’on appelle aussi « Ruine de Rome » (Cymbalaria muralis) et qui est dite naturalisée au Nord de l’Europe. On trouve ces petites plantes dans tous les murs des villes et des villages, elles sont très communes.

Par contre le charmant Erigéron ou Pâquerette des murailles (Erigeron karwinskianus), introduit pour l’ornement sur les murs  reste « subspontané ».

Chez la linaire cymbalaire, le pédoncule du fruit se courbe, cherchant une fissure pour y replacer des graines !

 

 

 

 

Londres2.jpg

Un réseau de canaux plus riche qu’à Paris traverse l’agglomération londonienne ; comme sur toutes les voies de communication, les espèces végétales s’installent vite et ces canaux n’étant plus guère fréquentés que par quelques house-boats, une flore typique des eaux calmes  peut y prospérer par endroits. L’Acore (Acorus calamus) est une plante naturalisée de longue date mais d’origine asiatique, l’Epiaire des marais (Stachys palustris), et le Bident ou Chanvre d’eau (Bidens tripartita), font partie de ces plantes indigènes qui s’installent sans qu’on les aide, ainsi que la Cératophylle (Ceratophyllum demersum), qu’on ne doit pas confondre avec les Myriophylles et surtout avec celle du Brésil, qui serait plutôt une espèce invasive à éradiquer !

 Les canaux, les voies de chemin de fer, les routes sont des voies de dispersion pour des espèces introduites accidentellement. Au Mans, autour de la gare de triage et dans les jardins voisins de la voie ferrée, on trouve beaucoup plus qu’ailleurs le Raisin d’Amérique ou Phytolaque (Phytolacca americana), la plante est considérée maintenant comme naturalisée, nous en avions peint une fois au cours (voir ici).

Avant d’être plantés volontairement dans les jardins, les Arbres à papillons ou Buddleias (Buddleja davidii), sont arrivés de cette façon clandestine. 

Ces plantes attirent aussi des animaux qui en ont besoin ; par exemple, le Sphinx du Troëne, que j’avais aussi  représenté pour le guide de Londres; et je rêve d'admirer un jour le Bombyx de l'Ailante... 

Dans la collection des guides Gallimard, j’ai collaboré pour des nombreuses grandes villes : Paris, Londres, Rome, Amsterdam, et beaucoup d’autres…

Partager cet article

Repost 0
Published by Claire Felloni - dans Illustration
commenter cet article

commentaires

Eva Martinez 10/10/2011 21:17


Es magnífico.


Yann (Espace graphique) 23/09/2011 19:54


Bonjour Claire,

J'aime beaucoup cette coupe aquatique, c'est plein de poésie.

On apprend plein de choses sur ces petites plantes qui vivent à nos cotés, que l'on ignore souvent et qui jouent les exploratrices dans notre monde.


Claire Felloni 26/09/2011 18:54



C'est un aquarium de nature, sans la glace! Merci de ta visite; j'aime bien cette flore qui résiste à l'invasion du bitume!



marieluce 13/09/2011 12:49


Merci de votre gentille visite sur mon blog. Cela fait longtemps que j'admire vos aquarelles ainsi que celles de votre amie Véronique Moret, par le biais de laquelle j'ai pu les découvrir ... Bravo
pour la finesse de vos tableaux !


Marieluce 11/09/2011 20:05


Sauvages et discrètes à la fois, ces fleurs des villes prouvent que la nature est si persévérante qu'elle aura toujours le dernier mot. J'aime beaucoup cet herbier !


Claire Felloni 12/09/2011 21:52



La flore et la faune sauvage se font discrètes en ville... mais elles sont bien là et savent aussi se défendre et s'adapter! enfin... si on ne cherche pas systématiquement à les éradiquer !



Laurence 10/09/2011 02:11


En fait, cette approche (illustrations à partir de photos) me titille. Ici, il y a un cours de 15h sur ce sujet (ce n'est pas un cours obligatoire dans le cursus). Je me demande si je ne vais pas
le suivre. Car les photos peuvent parfois être trompeuses (surtout pour les détails de botanique) et les utiliser à bon escient ne doit pas être aisé...


Claire Felloni 10/09/2011 09:22



Je peux te dire, car je le pratique souvent, qu'il faut impérativement disposer de plusieurs angles de vue sur une même plante (pour en avoir une perception"en relief") et qu'en plus il est
préférable que ces photos, tu les ais prises toi-même et donc que tu ais fait connaissance avec la plante, ses critères botaniques. Ce sont des conditions qui changent tout !