Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : aquarelle-bota-clairefelloni
  • aquarelle-bota-clairefelloni
  • : Le blog met en ligne des cours d'aquarelle botanique, il parle de mon activité d'animation de stages d'aquarelle botanique, de mon métier d'illustratrice-nature, de mon intérêt pour la tradition de la peinture naturaliste, les sites naturels,la flore, et la faune sauvage.
  • Contact

Stages

Pour les stages, cliquez 

Recherche Sur Le Blog

Pivoines de Sourches

Pour voir l'article du blog, pour acquérir un print numéroté et signé de mes aquarelles de Pivoine du Château de Sourches, cliquez  

 

Leçons en Pdf

Les clés usb: cliquez

26 janvier 2014 7 26 /01 /janvier /2014 19:51

Samedi dernier, nous avons présenté pour la troisième année, des ouvrages du fond de la bibliothèque de la SHS, dans la salle du Jardin des Plantes, au Mans.

J’avais rassemblé des représentations de Passiflores, d’Aristoloches, et de divers genres de plantes carnivores pour l’occasion, car ces sujets étaient très prisés au 19ème siècle.

icono2014.jpg

Puis nous avons essayé de montrer les différentes techniques utilisées pour illustrer ces ouvrages de botanique avant que la quadrichromie prenne inévitablement le dessus au cours du 20ème siècle.

Gravure sur bois : Il s’agit d’une taille d’épargne ; les bois gravés s’intercalent facilement avec la composition typographique de la page et seront utilisés plus longtemps qu’on pourrait le supposer, donnant des résultats très fins, surtout si l’on grave sur bois de bout.

eauforte.jpg

 

Gravure sur cuivre : On reconnaît à coup sûr une gravure originale à la légère cuvette que laisse la plaque de cuivre dans le papier lors de l’impression et aussi à la finesse du trait, qui effleure seulement le cuivre pour dégager le vernis (c’est l’acide qui creuse le trait d’eau-forte). J’ai montré des plaques de cuivre que j’ai gravées autrefois et quelques outils pour tenter d’expliquer au mieux cette technique d’impression, où le papier chiffon humide, écrasé contre la plaque gravée par un passage entre des rouleaux très puissants, va chercher l’encre qui subsiste au fond des tailles dans le cuivre : c’est une taille-douce, le contraire d’une taille d’épargne ! Quelques ouvrages de notre bibliothèque sont encore illustrés de gravures, mais le plus souvent pour tous les ouvrages du 19ème siècle qui constituent le fond de cette collection, c’est la Lithographie et la Chromolithographie qui sont utilisées. 

litho

La Lithographie pour l’usage botanique ressemble au début à un dessin au crayon ou plutôt à la pierre noire et de fait c’est à l’origine un crayon lithographique qui est utilisé sur une pierre (un calcaire au grain très fin). Ce crayon est idéal pour rendre les volumes, il donne de très subtils dégradés de valeurs, partant d’un noir profond. Mais ce beau trait doux de crayon sera ensuite remplacé par un graphisme plus fin tracé à la plume sur la pierre, ce qui autorise une plus grande précision.

photos-7130pfob.jpg Parfois les lithographies restent en noir et blanc mais à cette époque on réalise rapidement que l’intérêt de la lithographie, c’est de combiner le premier passage qui donnera le modelé, avec des aplats de couleur, pour obtenir des planches plus picturales. On le comprend aisément en voyant cette planche probablement inachevée dans le tome 6 de « La Belgique Horticole ».

Merci à Chantal qui nous prête deux lourdes pierres lithographique pour ces occasions !

L’intérêt de la lithographie est que l’artiste peut dessiner directement sur la pierre ; du coup, il n’est plus celui qui fournit un carton d’après lequel un graveur produira une gravure. On ne voit plus autant au bas de ces images les deux mentions anciennes, à gauche celui qui a dessiné (pinxit) et à droite celui qui a gravé (sculptit). Comme  dans ces représentations de botanique il s’agit d’une version moins « artistique » du procédé, il reste courant que le dessinateur confie son dessin à un atelier de lithographie ; on voit d’ailleurs apparaître les noms de ces ateliers au bas de l’image.

Partager cet article

Repost 0
Published by Claire Felloni - dans Illustration
commenter cet article

commentaires

ClaireB 27/01/2014 22:46

Je crois que tant que je ne n'aurai pas vu ces techniques "en vrai", j'aurai toujours du mal à comprendre comment ça fonctionne... :-( En tout cas, les résultats sont très beaux.

Claire Felloni 31/01/2014 14:11



Pour te dire la vérité, la lithographie reste encore assez mystérieuse pour moi mais j'aimerais un jour m'y essayer!



Olivier 27/01/2014 20:21

Ces livres représentent un trésor inestimable. Que de temps passé pour réaliser ces gravures.

Claire Felloni 31/01/2014 14:10



Un temps fou, c'est sûr! et les graveurs parfois très talentueux restaient souvent totalement dans l'ombre ! Les magnifiques recueils des "Roses" et des "Liliacées" ne sont pas que l'oeuvre de
P.J.Redouté!



Catherine D 27/01/2014 10:21

Voilà une belle idée et une belle exposition! Il y a quelques années, j'avais organisé à la médiathèque ici une expo combinée d'aquarelles et d'ouvrages de la bibliothèque, et je recommence dans
quelques mois. C'est je pense une bonne façon de faire reconnaître le dessin botanique, autrement que par les mauvaises reproductions des calendriers des postes et les couvercles de boites de
chocolat... Belle journée à toi !

Claire Felloni 31/01/2014 14:06



Tu as raison, Catherine! c'est vrai que les planches de botanique ne sont plus aussi appréciées qu' au 19ème siècle et que nous devons autant que possible défendre ce beau métier de peintre
naturaliste!



Anne 27/01/2014 07:17

J'aurais adoré voir ça. Cela montre aussi dans quelle lignée se situe ton travail, c'est intéressant.

Claire Felloni 27/01/2014 08:40



Parfois je ne me sens pas complètement en phase avec notre époque!



lemenuisiart 27/01/2014 05:44

Que j'aurai bien aimer le voir en vrai, cela donne bien envie
A bientôt

Claire Felloni 27/01/2014 08:39



Merci Christian! c'était assez confidentiel comme manifestation!