Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : aquarelle-bota-clairefelloni
  • aquarelle-bota-clairefelloni
  • : Le blog met en ligne des cours d'aquarelle botanique, il parle de mon activité d'animation de stages d'aquarelle botanique, de mon métier d'illustratrice-nature, de mon intérêt pour la tradition de la peinture naturaliste, les sites naturels,la flore, et la faune sauvage.
  • Contact

Stages

Pour les stages, cliquez 

Recherche Sur Le Blog

Pivoines de Sourches

Pour voir l'article du blog, pour acquérir un print numéroté et signé de mes aquarelles de Pivoine du Château de Sourches, cliquez  

 

Leçons en Pdf

Les clés usb: cliquez

5 avril 2010 1 05 /04 /avril /2010 15:31

Le Saintpaulia ionantha portent les noms communs plus évocateurs de Violette africaine, Violette du Cap , Violette de Usambara

 

Bien que le nom d’espèce « ionantha » signifie à fleurs de violettes, il faut établir que notre Saintpaulia ne fait pas du tout partie de la même famille que les violettes, c’est une Gesneriacée. D’autres espèces ornementales de cette famille nous sont connues : Gloxinia, Streptocarpus.

saintpaulia copy

 

 Curieusement toutes les plantes de la grande famille des Gesnériacées et donc du Saintpaulia sont tropicales à part trois Ramondia européennes. Deux  se situent dans les Balkans et une belle isolée dans les Pyrénées, c’est la Ramondie des Pyrénées, qui, objectivement, lui ressemble bien un peu. Une belle citation du Comte de Bouillé  rapportée dans ma Grande Flore illustrée des Pyrénées, à propos de la Ramondie , pourrait convenir aussi bien au Saintpaulia : « Joyau d’Améthyste enchâssé dans du velours »

La famille des Gesnériacées est proche de celle des Scrophulariacées, bien mieux représentée en Europe. On retrouve souvent, par exemple, cette disposition des pétales en une corolle gamopétale (pétales soudés à la base) et un peu zygomorphe avec 3 lobes un peu plus grands en partie basse, et 2 petits lobes dressés semblant séparés. Chez la vraie violette, les pétales sont libres (corolle dialypétale).J’ai choisi exprès un sujet de Saintpaulia qui n’était pas trop double pour figurer mieux les caractéristiques botaniques originelles…

La Violette du cap a ses « Fans », d’innombrables cultivars ont vu le jour, toujours basés sur l’espèce sauvage originelle, Saintpaulia ionantha originaire de montagnes de Tanzanie. Les spectaculaires rosettes de feuilles peuvent atteindre 50 cm de diamètre. Les fleurs sont d’un bleu violet moins accentué que celle que j’ai peinte.

Vous pouvez voir notre belle africaine « in situ » en cliquant  

Les collectionneurs s’intéressent aussi à quelques autres espèces du même genre comme Saintpaulia rupicola,  Saintpaulia shumensis,  Saintpaulia velutina

 

Et maintenant, parlons un peu Aquarelle…

 Il se trouve qu’après de multiples essais de couleurs sur ce violet très profond et quand même lumineux, au cours desquels j’avais d’abord banni le Winsor violet puis le Magenta permanent, j’ai fini par me tourner vers un pigment qui m’inquiète un peu par son rendu « fluo » : le Rose Opéra.

saintpaulia-ob1.jpg

Difficile d’éviter son emploi pour rendre ce violet particulier et pourtant il faut amener quelques précisions au  sujet du Rose Opéra. Chez Winsor et Newton, cette couleur combine deux pigments, la quinacridone (ici le magenta quinacridone, PR 122) dont la réputation de solidité à la lumière est maintenant bien établie et la Rhodamine B violet (BV10). C’est l’apport de cette teinture fluorescente qui amène un plus. La teinture est révélée sur une résine qui ensuite est broyée en poudre, il semble que sur les lavis léger, on puisse dissocier visuellement les deux composants. La réputation de fragilité à la lumière de la rhodamine B est peut-être moins justifiée que par le passé. Les premiers rose tyrien, en gouache, étaient très fugaces, j’en ai fait une amère expérience…Cependant les fabricants ne cachent pas que cette couleur, si elle présente un attrait et un réel intérêt pour les graphistes, illustrateurs et publicitaires, n’est pas garantie sur la durée, exposée sur un mur bien éclairé. En fait, je pense qu’avec le temps, la composante de rhodamine B s’estompe et qu’il reste le Magenta quinacridone.

 

Les cours en PDF ont bien démarré, je pense proposer un ou deux autres sujets prochainement, vous serez toujours libres de choisir dans la liste qui s’allongera petit à petit.


Petites leçons en PDF
Bon de commande

stpaulia1

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Claire Felloni - dans Petites leçons
commenter cet article

commentaires

Lepapivore 15/04/2010 10:05


Plus vraies que vraies !
Quel raffinement dans les teintes, quelle délicatesse dans le dessin et le rendu du velouté des feuilles.
BRAVO !


Claire Felloni 16/04/2010 21:24



Merci, c'est trop! mais je suis allée voir tes créations et cela m'a bien plu aussi!



Hacène 13/04/2010 19:29


C'est bien joli ! La douceur duveteuse des feuilles est bien rendue, on a envie de passer le doigt dessus, et crée une sorte de flou qui permet aux fleurs de bien ressortir.
La bise.


zabuski 09/04/2010 09:16


Merci Claire ...Reste à trouver du Magenta quinacridone ! Je te tiendrai au courant...


zabuski 08/04/2010 11:53


Moi aussi, le violet m'a toujours posé des problèmes...Souvent, trop terne ( mélanges) ou trop fluo ( violet tout préparé)...
Que conseilles-tu ?


Claire Felloni 08/04/2010 18:51



Avec un Magenta quinacridone plus un peu d'Outremer, on obtient des violets lumineux, non? Le violet Winsor à la dioxasine je le trouve très bien mais là, ça ne collait pas pour le saintpaulia!



Marie-Christine 07/04/2010 07:51


là je te rejoins totalement .bonne journée !