Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : aquarelle-bota-clairefelloni
  • aquarelle-bota-clairefelloni
  • : Le blog met en ligne des cours d'aquarelle botanique, il parle de mon activité d'animation de stages d'aquarelle botanique, de mon métier d'illustratrice-nature, de mon intérêt pour la tradition de la peinture naturaliste, les sites naturels,la flore, et la faune sauvage.
  • Contact

Stages

Pour les stages, cliquez 

Recherche Sur Le Blog

Pivoines de Sourches

Pour voir l'article du blog, pour acquérir un print numéroté et signé de mes aquarelles de Pivoine du Château de Sourches, cliquez  

 

Leçons en Pdf

Les clés usb: cliquez

1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 21:49

 

Voici un article que j’ai rédigé pour notre Bulletin n°36 de la Société d’Horticulture de la Sarthe, je le reprends tel quel et pour l’égayer, j’ai retrouvé cette illustration que j’avais faite d’après les massifs assez anciens (dont l’identification est d’ailleurs incertaine…), qui se trouvent au Jardin des Plantes du Mans.

Dans cet article, j’oublie les Azalées qui sont pourtant des Rhododendrons mais souvent à feuilles caduques et dédiées à la culture en pot. Ce sont surtout les Rhododendrons arbustifs, à feuilles persistantes qui nous occupent ici.

Ce court exposé est loin d’être complet, le sujet est complexe et le point de vue d’un américain ou d’un japonais par exemple, sur l’importance de telle ou telle espèce type, serait très différent du nôtre en tant qu’européen. Il n’était pas possible de citer toutes les espèces type, j’ai donc fait un choix, surement contestable ! 

rhodo1

Le premier rhododendron qui fréquenta les jardins d’Europe était une espèce « de proximité », alpine, le Rhododendron hirsute (R.hisutum) acclimaté par John Tradescant vers 1656 dans les jardins anglais, il tolère mieux que son cousin le Rhododendron ferrugineux (R. ferrugineum), l’acclimatation en plaine, mais ce dernier fut cultivé aussi un peu plus tardivement, vers 1740. Dans la nature, les deux espèces sont des « vicariants vrais », c'est-à-dire qu’ils dérivent d’une seule espèce alpine et dans certaines régions, il existe même un hybride naturel. C’est la nature du sol qui les a différenciés ; le R. ferrugineux a besoin comme tous les autres d’un sol acide ; le R. hirsute occupe des terrains plus calcaires. C’est une exception dans ce genre qui aime tant la terre de bruyère, ce qui est normal puisque les rhododendrons  sont bien des Ericacées ! On donna au Moyen-âge à ces premiers rhododendrons, le nom poétique de Rosage.

Lorsque Pitton de Tournefort, en 1702, ramène une autre espèce de son voyage en Asie mineure, il la nomme le Rosage de la Mer noire; il s’agit du Rhododendron pontique (R. ponticum).On découvrira par la suite qu’il existe une autre sous-espèce au Portugal et au Sud de l’Espagne, R.ponticum ssp baeticum.  Bien que le réel succès des rhododendrons dans les parcs et jardins soit plus tardif et causé par les découvertes d’espèces plus lointaines, le R. pontique ou Rhododendron des parcs (R.ponticum ssp ponticum) n’a pas cessé de se répandre en Europe de l’Ouest au point qu’il est considéré en Irlande et depuis peu, même en Basse Normandie, comme une espèce menaçant la biodiversité ! Il faut dire que ce bel arbuste (mais peut-on encore parler d’arbuste pour une espèce qui s’élève jusqu’à 8 m de hauteur ?) se sent particulièrement à son aise dans les forêts et landes de la zone atlantique ; ses branches basses se marcottent naturellement. Cette espèce peut servir de porte-greffe. Des cultivars sont toujours commercialisés, par exemple ‘Roseum’ ou ‘Variegatum’. Rhododendron x ‘ponticum’ accusée aussi d’être envahissant, résulte d’un croisement de notre R.pontique avec le Rhododendron de Virginie (R.catawbiense).Cet américain, très rustique, résiste à -32°C, ses fleurs sont plus grandes ; il intervient aussi beaucoup dans la création des hybrides, notamment avant qu’on découvre toutes les espèces du Népal et du Sikkim. Ensuite il sert aussi de porte-greffe.

Mais reprenons la chronologie des introductions d’espèces botaniques. Comme de toute façon, les rhododendrons sont dénommés maintenant par leur nom latin, j’ai eu envie de vous donner aussi leurs noms anciens, désuets…ce sont là les noms communs que donne Louis Claude Noisette, en 1826, dans son Manuel complet du jardinier, maraicher, pépiniériste, botaniste… (vol 3)

 En 1780, nous arrive de Sibérie, le Rosage de Daourie (Rhododendron dauricum), puis un peu plus tard le premier Rosage à fleurs jaunes (Rhododendron chrysanthum), les 2 ont aussi des vertus médicinales. De ces contrées encore, nous vient  le Rosage du Kamschatka (R.camtschaticum) à feuilles caduques et de silhouette assez prostrée. A cette même charnière du 18ème et du 19ème siècle, du Caucase viennent R.luteum (très belle floraison jaune mais le feuillage est caduc, on le trouve maintenant sous le nom d’Azalée pontique) et le Rosage du Caucase (R. caucasicum), de couleur blanc-crème.

Et de l’Ouest, quelles nouvelles? A partir du milieu du 18ème siècle, nous arrive d’Amérique, le Rosage d’Amérique (R.maximum), le Rosage ponctué (R.minus) et, vers 1809, le Rosage de Catawha (R.catawbiense) nommé maintenant Rhododendron de Virginie et dont il existait déjà plusieurs variétés du temps de L.C.Noisette.

Au moment de la parution de son livre, L.C.Noisette, ne peut évoquer qu’une seule espèce d’Extrême-Orient, le Rosage en arbre : il s’agit de Rhododendron arboreum, qu’on ne connait alors qu’en herbier. C’est le docteur Wallich qui en envoie des graines en 1827. Il fera aussi connaître très tôt, en 1825,  le Rhododendron campanulatum, venu du Népal.

rhodosikkim33.jpg 

Après quelques années plus calmes durant lesquelles s’activent les premiers hybrideurs, le milieu du 19ème siècle, va connaître de nombreuses et belles découvertes venues d’Extrême-Orient. Un botaniste anglais, Joseph Dalton Hooker, parcourt le Népal et le Sikkim et  répertorie  36 nouvelles magnifiques espèces. Ceci donnera lieu à la parution en 1850, d’un ouvrage prestigieux « The Rhododendrons of Sikkim-Himalaya »(lithographies de Walter Hood Fitch,voir ci-dessus et ci-dessous).

rhodosikkim22

Le Rhododendron grande Wight. (ci-dessus) est une espèce des forêts montagnardes de moyenne altitude (de 1600 à 3000 m) que J.D.Hooker avait nommé R.argenteum.

Dans cette série figurent des espèces originelles toujours présentes dans nos jardins, comme par ex. R.cinnabarinum.

Les nouveaux hybrides qui seront produits à partir de 1900, sont issus de ces espèces himalayennes, surtout R.griffithianum (=R.aucklandii), R.thomsonii, R.barbatum, R.arboreum ainsi que d’une espèce parfumée provenant de l’est de la Chine  R.fortunei. Des graines de R.fortunei sont envoyées en 1855 par Robert Fortune, un autre fameux découvreur de plantes à qui nous devons le thé (Camelia sinensis). Cependant, jusqu’à ce milieu du 19ème siècle, aucune autre espèce chinoise n’est connue, l’Ouest de la Chine, surtout, est difficile d’accès. Des missionnaires français feront découvrir un peu plus tard les nombreuses espèces qui s’y trouvent, les pères Armand David, Jean-Marie Delavay, Paul Farges et Jean Soulie. Il revient à Adrien Franchet du Museum d’Histoire Naturelle, à Paris, d’avoir décrit et nommé ces espèces qu’il recevait en herbier et bien sûr, chacun de ces missionnaires a une espèce qui lui est dédiée !

Vers 1900, un Irlandais, Augustine Henry collecte aussi dans ces contrées chinoises où il repère parfois les mêmes espèces que les pères missionnaires ; il nous ramène notamment un rhododendron à floraison tardive, R.auriculatum ; tandis que R.augustinii, de très belle couleur bleu-lavande, déjà repérée par l’abbé Soulie, sera nommé en son honneur.

Plus tardivement, arrive un rhododendron très connu maintenant, le R. yakushimanum, décrit en 1920 par un botaniste japonais.

Nous devons encore à Ernest Henry Wilson l’introduction de plusieurs rhododendrons  chinois, dont R.moupinense, R.williamsianum et R.davidsonianum. Un numéro du Curtis Botanical Magazine de 1915 montre ces deux espèces.

Il existe près de 1000 espèces de rhododendrons, mais les plus grands sont himalayens. D’autres explorateurs viendront par la suite parcourir les contrées asiatiques, pour confirmer et approfondir la connaissance des Rhododendrons sauvages mais en gros, après 1900, on voit surtout se développer le rôle des horticulteurs et hybrideurs dont le mérite n’est pas moindre puisque certaines belles espèces (ou des hybrides dont l’allure est très proche), deviennent plus accessibles aux jardins d’Europe.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Claire Felloni - dans Flore
commenter cet article

commentaires

Claudine 03/05/2012 21:10

Superbe! très intéressantes informations aussi. Je reconnais plus ton style là. Grandiose!

Claire Felloni 04/05/2012 09:20



Merci, Claudine! j'aimerais avoir plus de temps pour en peindre d'autres... mais la saison des floraisons passe si vite et je crains bien cette année de louper encore le coche!! 



Laurence 03/05/2012 03:04

Quand j'habitais sur la côte est, j'ai vu beaucoup de R.maximum. Depuis que je suis au Colorado, je vois très peu de rhododendrons. Climat semi aride qui leur convient mal.

Claire Felloni 04/05/2012 09:17



Oui évidemment! je crois qu'ils apprécient une certaine humidité de l'atmosphère... en tout cas le rhodo pontique se plait beaucoup en Bretagne et en Irlande! 



ClaireB 03/05/2012 00:33

J'en ai le souffle coupé...C'est magnifique.
Les rhododendrons présentés sur les planches anciennes sont très rigolos, je ne savais que ce genre d'inflorescence existait...

Claire Felloni 04/05/2012 09:14



Je pense que l'effet "boule" est un peu accentué, sans doute parce qu'il s'agissait d'une qualité qui était recherché des amateurs, j'adore cette série de lithographies et l'histoire du voyage de
Joseph Dalton Hooker au Népal me fait rêver...



Laurence 02/05/2012 14:17

Splendide cette aquarelle ! Tant par sa composition que par sa réalisation. Je relirai l'article à tête reposée car il y a beaucoup d'info dedans. Merci !

Claire Felloni 02/05/2012 19:31



J'espère bien ne pas avoir laissé une autre erreur dans mes noms latins...As-tu déjà vu ces Rhododendrons américains d'origine, surtout R.maximum et R. catawbiense? je me demandais s'ils sont
plus présents dans les jardins que les autres là-bas... comme chez nous le Ponticum qui est omniprésent dans les jardins de la côte atlantique...



Joëlle Colomar 02/05/2012 10:20

Je ne pensais pas qu'il y ait autant de sorte de rhododendrons.Un article bien complet à leur sujet !Belle journée à toi. Joëlle
PS: merci pour ton compliment sur mes photos. cela me va droit au coeur.

Claire Felloni 02/05/2012 19:24



Merci Joelle, c'est juste le début de la floraison  des Rhododendrons alors j'ai voulu faire un article de saison!