Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : aquarelle-bota-clairefelloni
  • aquarelle-bota-clairefelloni
  • : Le blog met en ligne des cours d'aquarelle botanique, il parle de mon activité d'animation de stages d'aquarelle botanique, de mon métier d'illustratrice-nature, de mon intérêt pour la tradition de la peinture naturaliste, les sites naturels,la flore, et la faune sauvage.
  • Contact

Stages

Pour les stages, cliquez 

Recherche Sur Le Blog

Pivoines de Sourches

Pour voir l'article du blog, pour acquérir un print numéroté et signé de mes aquarelles de Pivoine du Château de Sourches, cliquez  

 

Leçons en Pdf

Les clés usb: cliquez

18 mars 2012 7 18 /03 /mars /2012 13:56

J’ai disposé ces deux gros fleurons de Cymbidium sur un carré chiffonné de soie, c’était notre dernier sujet du cours régulier d’Aquarelle botanique. Au premier plan, une fleur plus petite de Dendrobium a été déposée pour que mon sujet comprenne plutôt trois fleurs. Il fallait trouver une astuce car il serait difficile, au cours, de peindre toute une hampe florale de Cymbidium!

soie4

Toutes les fleurs d’Orchidées sont construites sur le même schéma un peu similaire à celui des Liliacées. Chez les Liliacées, les 6 pièces du périanthe (périanthe = calice + corolle) sont assez semblables : 3 sépales et 3 pétales à peine différenciés sont baptisés des tépales.

Chez les Orchidées, les 3 sépales pétaloïdes sont bien identifiables mais les vrais pétales sont assez différents.  Un pétale surtout est caractéristique par sa variabilité dans cette famille des Orchidées, c’est le Labelle ; il présente toutes sortes de formes et de décorations. Parfois il s’ouvre en éventail diversement échancré , parfois il déborde sur l’arrière formant un éperon, parfois il se dilate puis se resserre formant un volume rond qu’on pourrait imaginer plein comme chez les Ophrys, parfois il se creuse en une sorte de vase comme pour notre Sabot de Vénus ou les Paphiopedilum.

 

soie5

Chez les Cymbidium , les deux pétales latéraux ressemblent aux sépales, le Labelle se divise en deux parties identifiées comme : l’Hypochile qui est une partie refermée en entonnoir avec deux sortes de joues latérales, puis l’Epichile qui s’évase vers l’avant avec son décor de points sombres. Au cœur de la fleur entre les deux  pétales on trouve le Gynostème, une sorte de colonne rassemblant les parties sexuées de la fleur (à part l’ovaire, qui est infère). Il n’y a pas d’éperon.

Pour finir, un texte sur les Cymbidium, écrit par Michel Giraud, dans le n°136 de « L’Orchidophile » :

« La plupart des Cymbidium couramment cultivés sont des hybrides volumineux à la floraison spectaculaire. Ils sont issus de multiples hybridations. Leurs lointains parents sont originaires de régions présentant des périodes froides. Ils ont pour noms : Cymbidium lowianum, insigne, eburneum, grandiflorum, etc., dont la floraison intervient en hiver ou au printemps. D’autres sont issus de plantes à floraison automnale, tels les Cymbidium tracyanum ou erythrostylum. Tous sont des Cymbidium à grosses fleurs. Ils demandent pour fleurir une période de basses températures, autour de 10 à 12°C, ce qui permet d’induire leur floraison. Ce point essentiel est une contrainte que l’amateur n’arrive pas à maîtriser s’il loge dans un appartement sans balcon ou bien s’il habite dans des régions au climat chaud. »

A titre d’exemple des Cymbidium poussent et prospèrent en pleine terre au jardin botanique de Funchal. Le climat de l’ile de Madère semble très bien leur convenir …

Des nouvelles des stages:

J'ai pour le moment 3 inscriptions pour le stage d'atelier de l'Ascension, du 17 au 20 Mai, au Jardin des Plantes du Mans; nous peindrons de petites plantes vivaces en pot.

J'animerai un stage de week-end les 2 et 3 Juin à l'Arboretum de la Sédelle, ( voir leur site et s'inscrire auprès d'eux) 

Partager cet article

Repost 0
Published by Claire Felloni - dans Petites leçons
commenter cet article

commentaires

Yann (Espace graphique) 23/03/2012 19:48

Fils de fleuriste, je connais bien ces orchidées qui ressemblent à une pâtisserie en pâte d'amande.

Elles arrivaient par carton avec leur tubes en plastique munis d'un embout en caoutchouc pour garder la hampe humide pendant le voyage.

Ces orchidées peuvent se décrocher de leur hampe, on les conserve ensuite en les plaçant dans une coupelle remplie d'eau.

Claire Felloni 25/03/2012 20:14



C'est bien comme ça que je les ai achetées! Je préfère celles qui sont rougeâtres et j'ai plutôt choisi des branches plus fournies de fleurs plus petites. C'est vrai qu'elles se conservent si
longtemps que ça semble artificiel peut-être aussi à cause de leur texture épaisse...Mais le dessin de ces fleurs avec des raccourcis sur le labelle en trompette , c'est tout un
programme!



christian lemenuisiart 19/03/2012 05:50

Ces fleurs sont fabuleuses et faite pour être peinte
A bientôt

Claire Felloni 23/03/2012 09:25



Merci Christian, ce ne sont pas des orchidées rares mais elles sont plus accessibles que celles qui poussent chez nous !