Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : aquarelle-bota-clairefelloni
  • aquarelle-bota-clairefelloni
  • : Le blog met en ligne des cours d'aquarelle botanique, il parle de mon activité d'animation de stages d'aquarelle botanique, de mon métier d'illustratrice-nature, de mon intérêt pour la tradition de la peinture naturaliste, les sites naturels,la flore, et la faune sauvage.
  • Contact

Stages

Pour les stages, cliquez 

Recherche Sur Le Blog

Pivoines de Sourches

Pour voir l'article du blog, pour acquérir un print numéroté et signé de mes aquarelles de Pivoine du Château de Sourches, cliquez  

 

Leçons en Pdf

Les clés usb: cliquez

16 février 2014 7 16 /02 /février /2014 00:14

 Voici une planche que je viens d’achever ; elle montre deux Pélargoniums et c’était l’occasion de me pencher un peu sur le sujet.(cliquez dessus pour l'avoir plus grande et plus nette!)

pelargograndi1.jpg

Mettons de côté le Géranium lierre (Pelargonium  peltatum) ainsi que les nombreuses variantes du Géranium zonale (Pelargoniumn zonale), pour nous intéresser au Pélargonium à grandes fleurs (Pelargonium grandiflorum), dont il faut rappeler que dans l’hémisphère nord, il ne convient au jardin que pendant l’été, contrairement aux deux autres qui sont plus rustiques.

En fait, le genre Pelargonium presque exclusivement sud-africain, nommé premièrement par Pitton de Tournefort, est d’abord classé par Linné dans la famille des Géraniacées, puis on l’en détache en 1789 et c’est pourquoi les confusions persistent dans les noms communs des ces plantes.

P.grandiflorum Willd.

Le Pélargonium à grandes fleurs (Pelargonium grandiflorum Willd.) existe en temps qu’espèce sauvage mais dans les obtentions modernes trouvées souvent sous un nom d’hybride, Pelargonium x grandiflorum  ou  Pelargonium x domesticum, une autre espèce arrivée vers 1700 en Europe, le Pelargonium cucullatum, a apporté ses gènes !

Deux versions pour le véritable Pelargonium grandiflorum Willd. :

A gauche : Engler, H.G.A., Das Pflanzenreich, Geraniaceae, vol. 129, p. 503, fig. 64 E (1912)

ci-dessous : The botanist’s repository, de H.C. Andrews, vol. 1, t. 12 (1797-1798)

 En fait, il nous  semble  plus proche en apparence du petit cultivar appelé ‘Angel eyes’ qui figure en bas de ma planche et il sera plus correct pour la partie haute de mon aquarelle d'indiquer  simplement "Pélargonium des fleuristes". Quant au cultivar ‘Angel eyes’, on le trouve plutôt classé avec  l’espèce Pelargonium crispum !

P.grandifl-Willd-jpg

J’ai trouvé une note dans le tome 34 de la Belgique horticole (1884), consacrée au Pélargonium des fleuristes, qui a subi de telles manipulations qu’on semble ne plus bien connaître son ancêtre naturel…

A cette époque(1884), les équivalences données par l’auteur sont Pelargonium cucullatum, P.hortulanorum, P.speciosum et P. grandiflorum ; il affirme que "depuis un siècle, la plante venue du Cap de Bonne-Espérance  a beaucoup embelli grâce à une sélection artificielle bien ciblée des horticulteurs".

La planche couleur de 1884, qui paraissait avec l’article montrait des pétales un peu chiffonnés et ondulés aux couleurs pas tranchées qui rappellent notre goût actuel (et le sujet en haut de mon aquarelle) alors  que pour les années 1850, j’avais trouvé dans le tome 3 de L’Illustration horticole, à voir ci-dessous, une autre image de ces Pélargoniums de fleuriste aux pétales tout ronds, tels qu’ils étaient recherchés alors. L’illustrateur était invité à tricher avec la réalité pour montrer des critères idéaux. 

pelargo fleuristes

On voit ainsi dans quelle direction s’est opérée en partie la sélection ( surtout élargir les pétales) et comment certaines valeurs de 1855 comme par exemple la nécessité de présenter des fleurs très régulières presque circulaires, n’a plus cours 30 ans après ! D’autres critères comptent bien sûr, dans ces choix, la taille, la résistance aux maladies, etc… mais moins  la rusticité puisqu’on vise surtout à créer de belles potées d’intérieur.

resolver.jpg

 

Ci- dessus,"Favourite flowers of garden and greenhouse", d’ Edward Step , publié en 1897, nous montre une image déjà plus réaliste du Pelargonium grandiflorum.

A propos de cet autre taxon qui serait impliqué dans la création de notre Pélargonium des fleuriste soit Pelargonium cucullatum , en 1860, il est déclaré très commun par W.H.Harvey (dans « Flora capensis ») autour de Capetown, où il est utilisé comme plante ornementale mais il s’agit d’un arbuste qui peut atteindre 2 m de hauteur. Dans cet ouvrage W.H.Harvey le signale aussi comme cultivé en Europe depuis 1690 et déclare que des nombreux hybrides de jardins en sont issus.

Partager cet article

Repost 0
Published by Claire Felloni - dans Flore
commenter cet article

commentaires

lemenuisiart 17/02/2014 05:49

C'est magnifique comme toujours
A bientôt

Claire Felloni 17/02/2014 12:36



Merci Christian!



Elizabeth 16/02/2014 23:14

Tes explications sont toujours très intéressantes et les planches aussi jolies. J'ai eu l'occasion de visiter le conservatoire national du pelargonium à Bourges, et c'est assez impressionnant de
voir la diversité des variétés, tant au niveau des fleurs que des feuilles ou des couleurs.
Amitiés. Elizabeth

Claire Felloni 17/02/2014 12:36



Très intéressant ! tu vois je ne savais pas pour ce conservatoire à Bourges ! j'aimerais bien le visiter moi aussi!



ClaireB 16/02/2014 19:57

Au premier coup d’œil, sur "l'illustration horticole", j'ai cru que c'était des pensées ! Je ne suis pas fan non plus des géraniums, comme Domi, mais il faut avouer que les couleurs choisies pour
ton aquarelle sont très agréables.

Claire Felloni 17/02/2014 12:34



Il y a plusieurs ouvrages de cette époque, comme celui-là où on voit des corolles toutes rondes et justement c'est le cas aussi pour les pensées! j'avais été séduite par la couleur du grand
pélargonium, c'est toujours un peu un challenge de modeler ce genre de rouge vermillon sans l'attrister!



Yann 16/02/2014 13:27

Cela fait du bien de voir des feuilles avec un vert si tendre en ce moment. C'est sans doute pour cela que l'on aime les plantes d'intérieur.

Claire Felloni 17/02/2014 12:30



Oui Yann! là, les verts sortent peut-être un peu plus crus que sur l'original, mais je les ai peint assez pimpants, c'est vrai!



Domi 16/02/2014 10:46

Quelles recherches enrichissantes Claire! Avoir ressorti les exemples historiques des vieux grimoires est si intéressant; je sais qu'il y a de nbreux ouvrages ds la bibliothèque de Jardin Botanique
du Mans: merci de les partager par ce biais.
Perso, je n'aime pas les Géranium (Pelargonium), car trop "classiques" - je leur préfère les espèces sauvageonnes - mais là, le côté historique me plaît!
MERCI tout plein Claire
Bises de Fbleau

Claire Felloni 17/02/2014 12:27



Ah mais je ne suis pas d'accord, Dominique! tous ces petits pélargoniums odorants aux feuilles découpés ou encore les "Angel eyes" ne manquent pas de charme! mais c'est vrai aussi que le géranium
lierre, on sature un peu...