Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : aquarelle-bota-clairefelloni
  • aquarelle-bota-clairefelloni
  • : Le blog met en ligne des cours d'aquarelle botanique, il parle de mon activité d'animation de stages d'aquarelle botanique, de mon métier d'illustratrice-nature, de mon intérêt pour la tradition de la peinture naturaliste, les sites naturels,la flore, et la faune sauvage.
  • Contact

Stages

Pour les stages, cliquez 

Recherche Sur Le Blog

Pivoines de Sourches

Pour voir l'article du blog, pour acquérir un print numéroté et signé de mes aquarelles de Pivoine du Château de Sourches, cliquez  

 

Leçons en Pdf

Les clés usb: cliquez

22 août 2011 1 22 /08 /août /2011 10:57

dorothyblog2.jpg

 

Au cours du stage de terrain du mois de Juillet, nous avons passé une journée chez Dorothy qui possède une longère sarthoise dans la campagne mancelle et un beau jardin autour, bien sûr !

Dans ces stages, j’aime bien proposer des sujets mariant le bâti et le végétal et ce jour-là, j’ai été séduite par les beaux hortensias et l’hydrangéa grimpant qui habillaient les murs de pisé de ses dépendances.

Dans l’aquarelle peinte chez Dorothy, il s’agit davantage de touches directes que de glacis, mais des surfaces sont parfois modulées dans l’humide comme par exemple dans les têtes roses des hortensias. Il faut veiller à varier le rose, le mauve de ces têtes florales.

dorothyblog1.jpgVoulant faire ressortir ces boules lumineuses comme premier plan sur un fond de mur, j’ai choisi de les installer d’abord : de larges touches vives,  qui seront préservées telles quelles jusqu’à la fin. Il faut se garder de poser des glacis de finitions sur ces vedettes de l’aquarelle, tant que l’ensemble n’est pas « mis en couleur ».

Dans la première étape ci-contre, peinte vraiment sur le motif, seuls les arbres du fond sont peints en glacis sur le ciel. On peut voir ensuite sur l’aquarelle terminée, que les finitions sont des touches de glacis et l’idéal est de ne pas trop revenir en touches superposées, sous peine de donner à l’ensemble une allure trop laborieuse. S’il reste des points blancs dans le feuillage, ce n’est pas gênant à condition qu’il y ait aussi des creux sombres pour le faire ressortir, surtout dans les plans rapprochés. 

La construction en perspective du bâtiment est très importante et assez simple : il n’y a qu’un point de fuite très central dans la feuille ; mais dans ce cas, les écartements de verticales doivent être bien évalués !

Un grand merci à Dorothy de nous avoir si gentiment accueillies !

Voici pour finir un peu de l’ambiance de cette journée de plein air, la météo ne nous a pas épargnées mais nous avons eu de belles embellies  avec une lumière limpide.

terrain2011.jpg

Dorothy m’a montré une curiosité botanique de son jardin, un Pavier blanc ou Marronnier ‘parviflora’ (Aesculus parviflora), qui drageonne beaucoup, formant une nappe de troncs minces. Il ne dépasse pas 2m de haut et était tout fleuri et magnifique en juillet !

pavier-blanc.jpg

  pavier-blanc-2.jpg

Repost 0
Published by Claire Felloni - dans Jardins et Paysages
commenter cet article
6 août 2011 6 06 /08 /août /2011 23:07

Le grand arbre figurant sur ce dessin d’ambiance du Jardin des Plantes du Mans, côté jardin anglais, que nous appelons Séquoia toujours vert, ou Séquoia à feuilles d’If, (Sequoia sempervirens) se nomme en réalité  Redwood.

sequoia.jpg

En Californie, d’où l’espèce est originaire, le Redwood bat le record de hauteur (un spécimen y mesure 112 m !), alors que le Séquoia géant (Sequoiadendron giganteum) y bat le record du volume. Ces deux essences, figurent dans bon nombre de parcs, en France, mais ce sont des grands bébés, même si en général ils sont âgés d’environ 150 ans, car en réalité, ils peuvent vivre plus de 3000 ans.

séquoiasempervirensLe dessin montre juste la base d'une sorte de grosse touffe, à droite avec des branches retombantes en plateau sur la pelouse ; ce n’est pas très lisible mais aussi il est bien difficile de figurer ces grandes espèces-là  «en pied» ; il faudrait pour cela prendre beaucoup de recul et ne pas être gêné par d’autres espèces en premier plan, mission impossible !

J’ai utilisé deux stylos feutre de couleur sépia Faber-Castell, l’un à pointe très fine, l’autre à pointe «pinceau». Ces stylos existent aussi en couleur sanguine. Le trait fin permet de gribouiller, hachurer pour poser des valeurs. Il permet aussi une mise en place sans risques.

séquoiadendron

J’ai retrouvé aussi pour l’occasion, deux illustrations qui m’avaient été commandées pour le Guide Gallimard sur la Californie.

Le cône du Séquoia géant est plus gros (6 à 7 cm de haut) que celui du Redwood ou Séquoia toujours-vert(environ 2 cm); on reconnait bien sur le Redwood que les aiguilles ressemblent à celles de l’If, ce qui n’est pas du tout le cas de l’autre !

Repost 0
Published by Claire Felloni - dans Jardins et Paysages
commenter cet article
31 juillet 2011 7 31 /07 /juillet /2011 13:40

 

Au cours d’une halte sur le Mont Ventoux, j’ai retrouvé des moutons et peut-être, pourquoi pas, ceux qui ce printemps broutaient autour dePeau de Meau ?

Je me suis essayée à ce croquis d’ambiance, mais ils étaient encore trop mobiles, pour moi qui suis habituée à des sujets plus sages !

 

ventoux1

 

pomventouxJe vous poste également ce petit festival de pommes ; sur ma photo, on peut voir une petite pomme de pin sylvestre (Pinus sylvestris), mais aussi, plus typiques du Ventoux, une grosse pomme de pin noir d’Autriche (Pinus nigra, utilisé pour le reboisement) et deux pommes de pin à crochets (Pinus uncinata), plus asymétriques et dont les écussons sont bien crochus, en effet ! Quant aux deux petites pommes claires, ce sont des calices de la Leuzée conifère, une composée que j’affectionne, et que j’ai rencontrée au pied-sud du Ventoux (elles sont donc hors sujet !)

pomventoux1.jpg

Repost 0
Published by Claire Felloni - dans Flore
commenter cet article
29 juillet 2011 5 29 /07 /juillet /2011 10:37

Encore cette année nous avons mêlé nos traces de pas à celles des moutons. Chassés par une météo calamiteuse, nous sommes, d’étapes en étapes, arrivés jusqu’en Crau pour trouver le soleil.

 

crau1.jpg

 

Comme j’avais plus envie de peindre du paysage pour changer, je me suis un peu consacrée aux ciels et aux nuages. Voici donc deux versions pour une vue sur laquelle les Alpilles, au fond, se détachaient en mauve, à droite on sent l’ébauche bleutée du Petit Lubéron.

 

crau2.jpg

Sur la seconde, mon gros nuage est fait de Violet Winsor + Auréoline, (trop d’auréoline, je crois) ; le ciel est d’Outremer plus ou moins mêlé de Winsor green blue shade ; c’est un vert émeraude à la Phtalocyanine qui fait basculer l’outremer vers la nuance plus turquoise qui existe en descendant vers l’horizon.

 

crau6J’ai donc herborisé un peu sur le coussoul de Crau, c’est ainsi qu’on nomme ce sol steppique  fait principalement de galets apportés, il y a bien longtemps par la Durance qui formait là un delta.

Le coussoul ne ressemble pas au lapiaz du Plateau de Leucate, ( voir , mon article du printemps) mais pourtant on y retrouve les mêmes brachypodes rameux et d’autres plantes rares qu’on voit plus tôt en saison sont communes aux deux milieux… Cette fois, j’y ai fait connaissance avec la Carline laineuse (Carlina lanata), qui fait partie d’un cortège de piquantes très fourni (on y trouve aussi la Centaurée Chausse-trappe, le  Scolyme d’Espagne, le Panicaut champêtre…et bien d’autres !). Ils ne sont plus là, les moutons et heureusement pour eux car il n’y a plus grand-chose d’appétissant à se mettre sous la dent !

crau3.jpgLes troupeaux avaient déserté la grande bergerie de Peau de Meau et j’en ai profité pour prendre des photos de l’intérieur qui présente une vaste et belle charpente reposant sur d’imposants piliers de pierre.

crau5.jpgSur ces piliers, autour d'une porte d'entrée et surtout sur le mur pignon de la bergerie, on peut observer de nombreux graffitis anciens laissés par les bergers; le nom de grafitti ne convient guère, d’ailleurs car certains sont habilement gravés surtout évidemment cette très belle « Fleur à la cruche » qui date de 1893, et qui bien sûr, me touche particulièrement.

crau4.jpg

Repost 0
Published by Claire Felloni - dans Jardins et Paysages
commenter cet article
14 juillet 2011 4 14 /07 /juillet /2011 22:22

Pour finir d’évoquer notre stage Hortensia, il fallait bien approfondir un peu l’histoire de son introduction dans les jardins d’Europe, où il fait fureur maintenant.

hydrangeablog.jpg

J’ai trouvé, pour préparer mon stage, une espèce en pot tout à fait charmante, Hydrangea serrata  'Preziosa'. Après quelques recherches, j’ai découvert qu’il s’agit d’un des hybrides entre Hydrangea serrata et Hydrangea macrophylla (notre hortensia classique).  

Hydrangea serrata  'Preziosa' est un petit arbuste d’environ 1,20 m, qui présente des boules de fleurs stériles, et parfois, un peu visibles mais plutôt cachées dans l’inflorescence, quelques petites fleurs fertiles. Il me semble que souvent l’inflorescence s’ouvre en Y et qu’ainsi deux boules de fleurs terminent une tige rouge et mince, un peu sinueuse. Les feuilles sont plus petites, plus légères et dentées, sans doute aussi un peu plus pointues et il paraît très joliment colorées en automne ! Mais ce qui fait son charme, c’est sans doute les variantes de couleurs sur le même pied : certaines têtes sont presque blanches, mais le soleil les fait rosir et se piqueter de points carmin. Cet hydrangea devient parfois mauve mais semble ne pas virer au bleu même sur un sol acide.

Présentons ses parents : Hydrangea macrophylla est une espèce endémique du littoral est du Japon, alors qu’Hydrangea serrata est plus montagnard (Japon mais aussi Corée).

Hydrangea-otaksa-65.jpgPour retrouver des images anciennes de notre Hortensia (Hydrangea macrophylla), j’ai du chercher  Hydrangea otaksa , car c’est ce nom  que lui donna Philipp Franz Siebold ; nom donné en souvenir de sa compagne japonaise, O-Taki-San, qu’il fut obligé de quitter. Bien qu’il soit maintenant célébré au Japon, il en fut expulsé en 1830. Je vous montre la représentation qui en est faite à l’époque dans sa  Flora Japonica.

Philipp Franz Siebold  ne fut certes pas le premier à décrire cette plante qui ne passe pas inaperçue ! Le nom d’Hortensia avait, en fait été donné auparavant par Philibert Commerson, qui l’avait ramené en 1771, de l’Ile Maurice où il était déjà acclimaté dans le Jardin du Roi. A cette époque, on n’avait pas encore bien reconnu le genre Hydrangea qui existe aussi en Amérique (Etats-unis, Chili, Argentine). Le nom de genre apparaît d’abord en Amérique du Nord  en 1739, avec Hydrangea arborescens.

normal_Hydrangea-thunbergii-69.jpg

Pour les hydrangeas d’Asie, nous avons d’abord Kaempfer en 1712, qui les décrit sous leur nom local, puis Thunberg en 1784 qui les range sous le genre Viburnum. Notre Hortensia sera d’abord Hydrangea hortensis, baptisé par les Anglais en 1799, et enfin Hydrangea macrophylla dans le Podromus de De Candolle (1830). Mais pour voir de belles images anciennes d’Hydrangeas, c’est vers la Flora japonica de  Siebold qu’il vaut mieux se tourner ! L’équivalent de l'Hydrangea serrata étant pour Siebold Hydrangea thunbergii, je vous montre aussi cette planche de la Flora japonica ; vous avez ainsi les 2 parents de mon Hydrangea serrata  'Preziosa' !

 

hydrangeapreziosa

Et voici, pour finir, une photo d'un Hydrangea serrata 'preziosa', prise  dans les jardins de Kerdalo , en Côtes d'Armor, dont la visite clôturait notre stage "Hydrangea au pays des Abers"

 

Repost 0
Published by Claire Felloni - dans Flore
commenter cet article
11 juillet 2011 1 11 /07 /juillet /2011 21:40

Un vrai plaisir que ce Stage Hydrangeas au Pays des Abers !

La lumière pure du littoral  rentrait à flot dans une vaste pièce entourée de grandes baies vitrées (avec vue sur la côte rocheuse, le rêve !).

Le matin, le soir, nous étions à cinq minutes du bord de mer et donc,  on peut dire que durant ce stage, la part « art de vivre » ne fut pas négligeable !

30.jpg

 

Des Hydrangéas, nous en avions un bel échantillonnage, principalement des cultivars de l’Hydrangea macrophylla mais pas seulement. Il faut dire qu’il présente à lui seul des allures assez variées entre la boule à grosses fleurs stériles de l’Hortensia classique et la forme plus récente en plateau où les fleurs stériles aux grandes bractées entourent d’une couronne les petites fleurs centrales. Les H.macrophylla, là-bas, peuvent prendre des couleurs variables parfois sur le même pied : rose vif, magenta, bleu- lavande, bleu-ciel  voire bleu turquoise.

Nous avions aussi, en pot, un Hydrangea paniculata, ainsi qu’un Hydrangea serrata « Preziosa »  sur lequel  je reviendrai dans le prochain article. Sur la photo, on voit aussi au centre deux boules d’ « Annabelle » qui est un Hydrangea arborescens.

8.jpg

3.jpg

 

 

 

 

hortensia-essai.jpgComme d’habitude, je vous poste des photos d’essais et de démonstrations (Merci , Ghislaine, pour toutes tes images illustrant cet article !) et aussi quelques réalisations de stagiaires ainsi que des ambiances un peu plus ... culinaires.22.jpg 25.jpg 10-copie-1 P1030484mail

 

  A la fin du stage nous avons exposé les œuvres au soleil sur la terrasse, un bel ensemble qui valait le coup d’œil !

  

 

aquarelles-insectes 2278aquarelles-insectes 2275 

Pour finir l'atelier (photo de Geneviève)  et l’équipe presque au complet :P1070505.jpg19

Un grand merci aux trois soeurs ! à tout point de vue c'était délicieux! 

Repost 0
Published by Claire Felloni - dans Petites leçons
commenter cet article
4 juillet 2011 1 04 /07 /juillet /2011 22:19

 

Il s’agit de l’Helianthus annuus, une variété ornementale qui diffère un peu dans son allure du Tournesol de nos cultures mais le binôme latin est bien le même.

 

helianthusblog1.jpg

 

Je ne connais pas le nom du Cultivar que je vous présente ici. Cet Hélianthe était notre dernier sujet d’atelier de l’année. Ses feuilles se sont vite écroulées ; le feuillage des Tournesols n’est pas très esthétique, de grandes feuilles molles et d’un vert mat assez terne pour lesquelles  l’utilisation du Vert oxyde de chrome s’impose naturellement, mais il convient de l’égayer avec des couleurs un peu plus vives  comme le Cadmium citron ou plus transparentes comme le Vert mousse (Permanent Sap Green).

Tout de même,  parvenir à apporter des modulations dès la première étape dans le mouillé donne un rendu  plus réaliste car des glacis trop nombreux ne sauraient pas rendre cet aspect peu contrasté et doux du feuillage…Par contre il faut foncer davantage les couleurs dans les boutons floraux qui  présentent l’aspect de petits artichauts.

helianthusblog3.jpg

Le dessin de la fleur pose les mêmes problèmes que pour toute autre composée : des ellipses de construction qui doivent être justes, des raccourcis délicats pour les ligules vues de face… J’ai posé un jaune de fond sur toute la fleur, y compris le cœur et j’ai cherché à varier mes touches de glacis, du bout du pinceau tenu vertical pour animer ce cœur dont les fleurons s’ouvrent en cercles successifs partant de la périphérie, le milieu du cœur semble creux et plus velouté.

 

helianthusblog2.jpg

 

 

 

 

Prochainement, un compte-rendu du stage délicieux sur les Hydrangéas et Hortensias ‘au pays des Abers ‘, stage qui vient juste de se terminer !

 

Cette leçon fait partie d'une série pour laquelle il existe un Index à voir en cliquant là:

Index des "Petites leçons"

Repost 0
Published by Claire Felloni - dans Petites leçons
commenter cet article
25 juin 2011 6 25 /06 /juin /2011 10:53

C’est un article prétexte, car l’aquarelle a été peinte à la va-vite au cours d’une journée d’aquarelle sur le motif en Juin dernier (Certaines reconnaîtront peut-être ce déversoir sur la Sarthe près de Neuville).

guédemontreuil2 

 

Elle était restée inachevée et pour le tournage de la vidéo qui suit, j’ai invité la journaliste et le caméraman à venir sur cet endroit où j’ai posé des touches de vert en présentant mon parcours…

La vidéo a été commandée par le Conseil général de l’Orne pour l’expo dont je vous ai déjà beaucoup entretenu ! (cliquer là).

C’est pourquoi  j’y parle plus, en fait, de l’Orne que de la Sarthe !

 

 

Dans la vidéo, on voit aussi le moulin que j’avais peint l’an dernier au même endroit (voir là).  Je dis quelques banalités ! Ne vous moquez pas !

Repost 0
Published by Claire Felloni - dans Jardins et Paysages
commenter cet article
19 juin 2011 7 19 /06 /juin /2011 21:26

Ce n'était pas prévu et le stage de ce week-end devait se dérouler in-situ dans le terrain de culture de Jean-Pierre Vibert; mais voilà! il est tombé beaucoup d'eau Samedi. Le jardin est surement très content...mais nous, moins, car l'eau du ciel qui est l'amie du jardinier n'est pas celle de l'aquarelliste !

stagroses1  stagroses2

Alors je vous montre quelques vues des roses dans l'atelier au milieu des palettes, faute de mieux! et aussi un joli travail stagroses3d'Eliane (cliquez dessus pour le voir en plus grand!). J'ai scanné quelques   essais un peu schématiques pour montrer comment aborder une rose simple, et comment se repérer dans une masse de petites roses fournies en pétales.

rosesjuin017-copie.jpg

rosesjuin16.jpg

Des nouvelles de futurs stages

 

Automne 2011, 3 week-ends d'atelier

8 et 9 Octobre: légumes, épices et aromates(1 inscrite) 

12 et 13 Novembre: Le cabinet de curiosités (coquillages, plumes, minéraux...) (1 inscrite) 

10 et 11 Décembre: Fruits exotiques

Repost 0
Published by Claire Felloni - dans Petites leçons
commenter cet article
14 juin 2011 2 14 /06 /juin /2011 14:46

Au  Moulin de Seillant, notre week-end d’atelier d’Aquarelle botanique, s’est agréablement passé. En cette saison, les rives de l’Anglin sont parsemées de magnifiques touffes d’Osmonde royale et fréquentées par la bergeronnette des ruisseaux, les Calopteryx et les Gomphus, libellules que j’aime bien mais que je n’ai pas pu photographier.

 

osmonde.jpgDe nombreux papillons (Gazés, Myrtil, Robert le Diable, Zygènes) égayaient l’heure de l’apéritif !

Un Tabac d’Espagne éclopé, (il lui manquait deux pattes) posé sur la porte-fenêtre du gîte nous a permis de faire une belle observation recto-verso. 

 

 

Doc1-copie.jpg Doc3.jpgMerci, Céline pour les photos de ce Tabac d'Espagne!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme la flore sauvage n’est pas très abondante en ce moment, du fait de la sécheresse nous n’avons pas voulu dépouiller le site  et ce sont donc les pots que j’avais apportés qui nous ont servi de sujets d’études. On peut voir sur la photo que la Bougainvillée est garnie de papillotes ; en fait ce sont des carrés de papier absorbant qui permettent à chacun d’isoler visuellement une branchette de la potée !

 

seillant1-copie-1.jpg

seillant4seillant3seillant2.jpgbougainvillee.jpg

seillant.jpgQuel plaisir d’animer un stage dans un lieu si spacieux, lumineux et confortable !

Je vous rappelle qu’à l’automne, les 22 et 23 Octobre, est programmé à Seillant un week-end d’aquarelle de pomologie (pommes, poires, mais aussi autres fruits d’automne et petits éléments qui peuvent égayer une nature morte…). Il faut pour tous renseignements vous connecter sur le site :

www.lemoulindeseillant.org/

 

  

Repost 0
Published by Claire Felloni - dans Petites leçons
commenter cet article