Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : aquarelle-bota-clairefelloni
  • aquarelle-bota-clairefelloni
  • : Le blog met en ligne des cours d'aquarelle botanique, il parle de mon activité d'animation de stages d'aquarelle botanique, de mon métier d'illustratrice-nature, de mon intérêt pour la tradition de la peinture naturaliste, les sites naturels,la flore, et la faune sauvage.
  • Contact

Stages

Pour les stages, cliquez 

Recherche Sur Le Blog

Pivoines de Sourches

Pour voir l'article du blog, pour acquérir un print numéroté et signé de mes aquarelles de Pivoine du Château de Sourches, cliquez  

 

Leçons en Pdf

Les clés usb: cliquez

5 juin 2009 5 05 /06 /juin /2009 09:14

Coupez-moi tout ça ! ça ne fait pas propre !
Et pourtant....








Le Liseron des haies qui grimpe à l'assaut des ombelles de Berce, ce n'est pas si vilain !




Et là, au milieu des orties, c'est quoi ce chardon pâlot ? le Cirse maraîcher ? C'est commun ça, non ?
Ah ! commun dans l'Est mais pas en Normandie ! Il est ici en limite ouest de sa répartition...
En tout cas,dans sa forme, il n'est pas mal non plus avec ses grandes feuilles en lyre...


Et je ne vous parle pas de la Fauvette et du Troglodyte qui viennent se percher sur les tiges rigides de la Berce, des papillons qui fréquentent l'Eupatoire...






Finalement pour l'illustrateur, il y a là, dans ce vallon luxuriant, des sujets très graphiques !
J'ai décidé de laisser le trait s'exprimer assez librement; il n'y a presque que du crayon dans les ombelles de Berce, un crayon assez gras.
Pour que mes deux compositions ne s'éparpillent pas trop, j'ai creusé le centre avec des tons sombres.
Vous avez donc reconnu dans la première:
- la Berce sphondyle (Heracleum sphondylium)
- le Liseron des haies ( Calystegia sepium)
- et en rose : l'Eupatoire chanvrine (Eupatorium cannabinum)
dans la deuxième composition:
- l'Ortie dioique (Urtica dioica)
- le Cirse maraîcher (Cirsium oleraceum)


Durant les deux stages de début-Juillet , consacrés à « l’élément végétal dans le paysage », je proposerai une fois, sur des grandes vivaces en pied ou sur des légumes de potager de procéder ainsi !

Il reste 1 ou 2 places pour le 1er stage du 1er au 4 Juillet 
Plus de renseignements dans la rubrique 'Stages' (colonne de gauche)




Repost 0
Published by Claire Felloni - dans Illustration
commenter cet article
28 mai 2009 4 28 /05 /mai /2009 20:49

 

Vous ne trouverez plus dans les haies la Viorne obier en fleurs, la leçon date de 15 jours, mais le Bouton d'or est toujours de saison et vous pouvez garder l'idée en utilisant une autre ombelle blanche comme par exemple le Sureau qui est peut-être d'un blanc plus crémeux que notre Viorne.

L'ombelle de la Viorne obier est très esthétique, avec ses grandes fleurs stériles en périphérie. La Boule de neige des jardins, issue de cette espèce (Viburnum opulus) ne comporte que des fleurs stériles avec, comme ici, un petit nombril central tout vide en guise de coeur !


Le Bouton d'or était de la renoncule âcre mais je n'ai fait que piquer quelques fleurs dans l'ombelle. Il vaut presque mieux les peindre d'abord car ça bouge !


Comme je sature un peu d'utiliser tout le temps les mêmes couleurs de ma liste, je me suis amusée sur les petits essais à tester le rendu avec le Jaune auréoline et le Jaune transparent, ceci pour éviter d'empâter les jaunes (les pigments de Cadmium sont très lumineux mais vite pâteux), voir aussi comment ces 2 jaunes évoluent quand on leur ajoute un peu de violet pour foncer...mais là, attention!  les glacis doivent rester riches en jaune.


N'oubliez pas de laisser un peu de blanc dans les pétales là où frappe la lumière pour que brille la corolle.














Pour l'ombelle de Viorne, j'ai travaillé de chaque côté de la couronne de fleurs stériles pour les faire apparaître, d'abord en posant la verdure autour; puis j'ai adopté un touche plus pointilliste et approximative pour le fouillis des fleurs du coeur, sachant que l'aspect pétillant au centre de l'ombelle sera bien accentué par la pose en fin de course, de petits points d'encre de Chine blanche, pour les étamines.
Voici la palette des couleurs:







Vous pouvez consulter les 25 autres leçons en cliquant sur 'Petites leçons', dans la rubrique 'catégories' de la colonne de gauche.


"Petites leçons d'aquarelle botanique" est aussi un livre dont je suis l'auteur ( cliquez pour en savoir plus), les leçons du blog n'y figurent pas puisqu'elles sont toutes plus récentes.

Repost 0
Published by Claire Felloni - dans Petites leçons
commenter cet article
20 mai 2009 3 20 /05 /mai /2009 09:46
C'est le pélerinage catalan que nous faisons tous les ans, au printemps, dans un haut-lieu pour l'observation des oiseaux migrateurs.
L'an dernier je vous avais montré des pages de mon carnet de terrain; cliquer ici et .


Les Iris jaunes (Iris pseudacorus) partout fleuris, égayaient les paysages.
On peut voir au loin les neiges du Canigou et j'étais contente qu'il puisse figurer car souvent la nébulosité estompe totalement les montagnes lointaines.
Les lumières du matin et du soir sont toujours bien plus intéressantes et je m'applique surtout à profiter de ces moments-là pour peindre le ciel et les lointains quitte à garder les premiers plans pour les heures chaudes.
J'ai utilisé un bloc aquarelle Sennelier 300 gr grain fin.

Je ne vous montre pas d'oiseaux mais vous pouvez regarder sur le premier de mes liens ; numéricopages.com si vous voulez faire une petite balade ornithologique espagnole.

Repost 0
Published by Claire Felloni - dans Jardins et Paysages
commenter cet article
15 mai 2009 5 15 /05 /mai /2009 11:02

Vous avez déjà vu la planche terminée des Anémones, qui servit de support aux deux stages de Printemps.
Je vous montre maintenant les notes préliminaires sur le même sujet. Il s'agit toujours de recherches de mélanges de couleurs adaptés au sujet. La nuance du mauve de la fleur très épanouie s'accomodait bien en premier lavis, du Magenta permanent, qui, à l'usage m'apparaît différent du Magenta quinacridone. Ce dernier, plus lumineux, a servi davantage dans les contrejours et pour les fleurs plus jeunes. J'ai trouvé utile, aussi de faire une petite étude au crayon sur la feuille très découpée.



L'ambiance de ce stage dans le bureau-bibliothèque de la SHS, était toujours aussi agréable. J'avais fait l'emplette de quelques vivaces en godets: une Ancolie, un Cosmos, un Fuchsia, un petit Pélargonium aux feuilles froncées qui répondait au doux nom d' 'Angel eyes' ,deux autres Pélargonium 'zonale' et mon brave Miltonia m'avait fait le plaisir d'ouvrir des fleurs toutes fraîches...Les jardiniers du JP nous avaient confié des Coleus, un Bégonia et un beau Dipladénia, qui a tout de suite trouvé preneuse.


 Voici une vue des oeuvres, pas encore terminées, mais en bonne voie !

Ceci  pourra  vous donner une idée du propos de ces stages d'atelier.
Merci à Véro qui m'a envoyé ces photos, vous pourrez aller voir sur son blog sa belle version des Coleus, peut-être bientôt son Miltonia ?

vero-aquarelles


Le stage d'atelier au Mans aux vacances de Toussaint
du
Mercredi 28 au Samedi 31 Octobre est complet.
Pour l'été, 2 stages de terrain de 4 jours (autour du Mans) sont prévus, la 1ère  quinzaine de Juillet : (je peux prendre jusqu'à 8 participants)
-  le 1er du 1er au 4 Juillet  (6 inscriptions à ce jour)
-  le second, du 8 au 11 Juillet
 (5 inscriptions à ce jour)
Plus de renseignements dans la rubrique 'Stages' (colonne de gauche)

Repost 0
Published by Claire Felloni - dans Petites leçons
commenter cet article
2 mai 2009 6 02 /05 /mai /2009 08:32

Pour vous faire patienter, car je m'échappe une dizaine de jours, voici la planche qui a constitué le support des deux stages de Printemps. Le format quart-jésus, une fois la planche terminée, c'est à peu près 25 x 35 cm.
C'est un format plus adapté à des petites plantes, car nous travaillons à taille réelle et bien sûr d'après nature !


Si la plante est d'une taille plus conséquente, comme ici, on peut  choisir une mise en page qui n'en représente qu'une partie.
Les vélins du Muséum ne représentent que rarement le collet et les racines , ce sont des visions plus décoratives que purement botaniques; c'est un peu l'option que j'ai choisie, là.
Vous ne voyez pas toute la surface de ma feuille, bien sûr, les marges sont plus conséquentes car il faut que la plante 'respire' dans la feuille !

Je vous donnerai une idée de l'ambiance de ce deuxième stage d'atelier, qui vient juste de se terminer dans mon prochain article et jusque là je vous dis: Buenos dias et buenas tardes et ainsi vous pourrez deviner où je vais passer la semaine prochaine...
Repost 0
Published by Claire Felloni - dans Petites leçons
commenter cet article
26 avril 2009 7 26 /04 /avril /2009 21:37

 

Le site du Vaudobin, pour lequel  j’ai illustré un « carnet du Petit Naturaliste » est un vallon protégé du département de l’Orne.


Voici deux des aquarelles que j’ai réalisé, en atelier, d’après de nombreuses photos prises sur le site, pour trouver l’angle exact qui convenait. La première aquarelle montre les rives du Meillon, le ruisseau qui traverse ce vallon encaissé. Pour rendre  la lumière qui papillote dans le sous-bois et sur l’eau vive, j’ai choisi de travailler en touches pointillistes sur papier sec en gardant le blanc du papier visible à maints endroits.



La deuxième aquarelle représente le site en automne, vu d’en haut avec le panorama sur la plaine d’Argentan. De la même façon, j’ai gardé du papier sec pour faire ressortir les bouleaux illuminés, et le premier plan de lande rocheuse piquée d’ajonc et de bruyères ; mais tout l’arrière-plan de plaine est traité en glacis légers sur des dégradés posés tout d’abord dans le mouillé, de telle sorte qu’il ne reste pas de blanc du papier sur les lointains. Mon dégradé ne s’arrêtait pas sur l’horizon, il descendait dans le triangle central du panorama, passant progressivement des nuances bleues et roses du ciel à la blondeur de la plaine.

Durant les deux stages de début-Juillet , consacrés à « l’élément végétal dans le paysage », nous aurons sûrement l’occasion de revenir sur ces points de détail !

Pour l'été, 2 stages de terrain de 4 jours (autour du Mans) sont prévus, la 1ère  quinzaine de Juillet :
-  le 1er du 1er au 4 Juillet  (6 inscriptions à ce jour)
-  le second, du 8 au 11 Juillet
 (3 inscriptions à ce jour)
Plus de renseignements dans la rubrique 'Stages' (colonne de gauche)

Repost 0
Published by Claire Felloni - dans Jardins et Paysages
commenter cet article
19 avril 2009 7 19 /04 /avril /2009 15:02


Je reprends cette fois-ci un article de notre bulletin de la Société d'Horticulture de la Sarthe, pour lequel j'avais fait quelques recherches sur les Primevères horticoles et leurs origines sauvages. 
 







Dans nos régions de plaine, il existe trois espèces de primevères de la section "Vernales"
On ne présente plus le Coucou (Primula veris) ni la Primevère acaule (Primula vulgaris) mais on peut évoquer un peu plus précisément la troisième : la Primevère élevée (Primula elatior) plus rare.

C’est une espèce forestière ou de lisière portant sur une tige unique un petit bouquet de fleurs jaune-pale penchant gracieusement d’un coté. Les corolles ni en clochettes, ni étalées en font une sorte de moyen terme entre les deux autres.

Les hybrides naturels de ces 3 espèces sont donc logiquement au nombre de 3 et officiellement nommés:
-          Primula x digenea ( Croisement de P.vulgaris par P.elatior )

-          Primula x media ( Croisement de P.elatior par P.veris )

-          Primula x polyantha ( Croisement de P.vulgaris par P.veris )


Primula x polyantha

En fait, ce dernier serait le plus fréquent en Sarthe, peut-être le seul, les territoires des trois espèces se recouvrant peu. Les parents sont en présence  surtout  dans l’Ouest du département car la primevère acaule se localise sur le massif armoricain, et le coucou est plus fréquent dans le Centre et l’Est de la Sarthe. Cet hybride présente un aspect très variable et ressemble parfois beaucoup à la primevère élevée (Primula elatior). Je l’ai photographié en 1991 en Charnie au bord du Palais au cours d’une sortie botanique. On nous fit remarquer sa robustesse, ses clochettes plus larges et plus pales que sur le Coucou.

En 1905, notre célèbre botaniste régional, Ambroise Gentil a écrit un article intitulé : « Observations à propos de Primevères hybrides » ou il cite uniquement cet hybride  sous son ancien nom : Primula x variabilis entre  Parigné l’évêque et Ruaudin. Il y démontre l’importance du vent supérieure à celle des insectes pour que surviennent ces hybrides, et leur variation d’aspect est, pour lui, due à l’influence plus grande du pied mère : le porte-graine sur lequel est venu se déposer le pollen (qui vient du père) amené par le vent. Deux morphologies bien distinctes en découlent selon que le pied mère est le coucou ou la primevère acaule.


 
Nous voyons là l’origine de toute la section des Polyantha : depuis des siècles cet hybride fertile et  naturellement très polymorphe a fourni des échantillons remarquables qui croisés entre eux et en faisant aussi intervenir des variantes locales ont fini par produire une grande variété de couleur (bleu mauve, rouge vif, jaune orangé), et des fleurs plus grandes en bouquets dressés sur des tiges robustes.
Les Anglais, les Hollandais semblent avoir été très actifs dès le 17ème siècle, j’ai trouvé mention d’hybrides blanches, pourpres, bleutées et de blanches doubles au Jardin botanique d’Oxford en 1648 , les primevères doubles sont plus anciennes encore mais jaunes ou blanches seulement .




L'aquarelle que voici d'une primevère horticole du Jardin des Plantes du Mans, n'est pas sans évoquer la Primula elatior .
Sur cette espèce les recherches et sélections remonteraient au Moyen-age. Plus tard, les vraies hybridations ont visé à obtenir des tiges solides, un bouquet terminal fourni de fleurs plus grandes, des couleurs chatoyantes.
Parfois un cœur contrasté et même un liseré clair leur donne une allure précieuse : ce sont les menues « Gold-laced-hybride » ou Primevère à galon d’or qu’il ne faut pas confondre avec les Auricules.
Les Anglais, très amateurs de primevères ont, depuis le 17ème siècle, cherché à stabiliser toutes sortes de formes originales voire insolites : par exemple, dans la « Jack in the green » le calice s’est changé en une collerette de feuilles vertes.

Ici, au Jardin des Plantes, est surtout utilisé un cultivar baptisé « Crescendo » classé plutôt dans les hybrides de P.elatior mais parfois avec les Polyantha. Ses atouts, une bonne rusticité (il résiste bien l’hiver) et la hauteur de sa tige solide (30cm), ont présidé à ce choix. Il ne semble pas répandu dans les jardineries qui lui préfèrent un groupe général du nom de P.Vulgaris « Grandiflora », proposant une infinité de coloris.

 

Et pour le plaisir, un petit tour sur Internet : http://www.barnhavenprimroses.com/

               

 

Repost 0
Published by Claire Felloni - dans Flore
commenter cet article
11 avril 2009 6 11 /04 /avril /2009 17:00

Je viens de terminer le 1er Stage d'atelier de Printemps qui avait lieu dans le Gard au "Mas Vincent"   
Ce fut un vrai plaisir, encore une fois, de rencontrer des stagiaires enthousiastes !


Nous avons été bien agréablement accueillis par Valérie et Noël, qui disposent d'une belle pièce lumineuse pour le stage ( et d'un gîte pour ceux qui viennent de loin...)


Pour ces Stages d'Atelier de Printemps, je pense garder le principe de proposer de petits sujets en godets de vivace, qui nous permettent de réaliser une ou deux planches sur un format plus petit qu'au stage de Février.
Avec cette formule, si le temps le permet, nous pouvons aussi improviser une sortie de terrain, mais là, en fin-Mars, même dans le Gard , c'était un peu juste pour peindre dehors....


La "prof" fait parfois une démonstration de principe...mais elle essaie aussi de s'adapter au sujet choisi par chacun !













Je garde pour le moment 'sous le coude' la planche de format quart- jésus que j'avais commencée pour l'occasion et qui doit rester une surprise pour les participants de mon 2ème stage de Printemps,au Mans.
Mais je peux vous montrer celle, plus grande et aboutie dans les règles de l'art, du Cambria, planche qui m'avait servie pour les stages d'atelier de Février  ( voir ici ).
  


Pour finir : l' équipe du Mas Vincent presque au complet (Merci, Geneviève pour les photos!)


Le stage du Mercredi 29 Avril au Samedi 2 Mai est complet 

Je prévois aussi pour 2009, un stage d'atelier au Mans aux vacances de Toussaint
du
Mercredi 28 au Samedi 31 Octobre (déjà 5 inscriptions)
Pour l'été, 2 stages de terrain de 4 jours (autour du Mans) sont prévus, la 1ère  quinzaine de Juillet :
-  le 1er du
1er au 4 Juillet  (5 inscriptions à ce jour)
-  le second, du 8 au 11 Juillet (3 inscriptions à ce jour)
Plus de renseignements dans la rubrique 'Stages' (colonne de gauche)


Repost 0
Published by Claire Felloni - dans Petites leçons
commenter cet article
6 avril 2009 1 06 /04 /avril /2009 17:37

Dans la série des 'Petits Atlas' pour lesquels j'illustre certains titres, je vous présente cette fois-ci, celui-ci , pour lequel j'ai pris du plaisir à ramasser, apprendre à nommer une belle série de coquillages, puis réaliser mes petites aquarelle d'après mes propres spécimens.
Je vais donc surtout vous montrer des coquillages, car ce sont pour moi des magnifiques "sculptures du Bon Dieu" mais si je ramassais depuis toujours des coquilles vides sur la plage, je me suis rendu compte que j'en reconnaissais fort peu !

Voyez par exemple ce couteau : celui-ci est le plus courant, mais je n'avais jamais bien remarqué qu'une autre espèce est courbée.
La Crépidule et le couteau viennent de la pointe d'Arcay en Vendée, mais de la Crépidule, il y en a partout et c'est une catastrophe !
























A la pointe de l'Aiguillon j'ai trouvé beaucoup de ces gastéropodes que je ne pouvais nommer mais je voyais bien qu'ils n'étaient pas des bigorneaux et j'ai eu le plaisir de découvrir qu'il s'agissait de Pourpres, ces coquillages mythiques pour moi puisqu'en prélevant le suc d'une glande du mollusque, on obtenait la fameuse couleur pourpre des enlumineurs.




Il semblerait bien
que ce Nucella lapillus ait donné la Pourpre britannique présente sur le  fameux manuscrit irlandais: le Livre de Kells.

Avec le Rocher fascié, nous passons en Méditerranée où je l'ai ramassé mais c'est aussi un coquillage à pourpre utilisé depuis l'antiquité, la nuance violet bleuté de la couleur qu'on obtient n'est pas la même que celle que donne le Rocher épineux (Bolinus brandaris) qui était le plus prisé.



Pour finir , encore deux espèces que j'ai découvert sur la plage entre Gruissan et Leucate: une très jolie Moule barbue dont la coquille est solide avec un intérieur violet nacré et puis le Natice porte-chaine qui est le responsable des petits trous ronds bien réguliers qu'on voit souvent sur les Tellines et les Flions: il les perce pour les aspirer !






  

















Pour savoir à quoi ressemble les Tellines et les Flions, il faut vous offrir ce livret qui se met dans la poche et ne coûte que 5 euros ! 
L'auteur est Vincent Albouy avec qui j'avais déjà collaboré pour d'autres titres ( voir )
Voici la couverture de ce petit ouvrage qui vient de sortir, édité chez Delachaux et Niestlé,
et le site où vous pourrez le commander:
http://www.delachauxetniestle.com   

Repost 0
Published by Claire Felloni - dans Illustration
commenter cet article
28 mars 2009 6 28 /03 /mars /2009 18:56


Voilà des noms bien calamiteux pour cette si élégante espèce forestière de chez nous ! 
Comme je n'aurai pas beaucoup de temps ( Je descends dans le Gard pour la semaine: stage oblige), j'ai pensé montrer un projet aquarelle pour de la carte postale (datant de 1993) et l'adaptation que j'en ai tiré pour une gravure au burin.

Voici d'abord la gravure de mon Iris foetidissima

La couleur de cet iris est plus ou moins contrastée; je l'ai rencontré à l'ombre presque totalement de cette couleur vieux-rose qui lui a donné ce nom d'iris gigot.

                                                                                                                                                                                                






Celui que j'avais peint à l'aquarelle ne portait cette couleur que sur ses parties centrales , les tépales recourbés vers le bas qui ne sont pas très larges étaient plus marqués de mauve-lilas.





















Le détail de la fleur gravée permet peut-être de comprendre que le coeur de la fleur est encré localement (à la poupée) avec une couleur d'encre sanguine alors que le reste de la plaque est encré en vert foncé, sauf la capsule qui est encré en sépia.

Je vous ai déjà fait un article sur cette technique des encrages 'à la poupée' très utilisés au 19 ème siècle pour les gravures de botanique. Pour une petite révision cliquer



Les rehauts de couleur qui viennent sur chaque estampe:
- un jus de vert sur tiges et feuilles
- un peu de gomme-gutte sur le coeur
- une touche de mauve sur les pétales
- de l'orange sur les graines



Je ne vais pas donner beaucoup de nouvelles pendant 8 jours, bonne semaine à tous !

Repost 0
Published by Claire Felloni - dans gravure taille-douce
commenter cet article