Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : aquarelle-bota-clairefelloni
  • aquarelle-bota-clairefelloni
  • : Le blog met en ligne des cours d'aquarelle botanique, il parle de mon activité d'animation de stages d'aquarelle botanique, de mon métier d'illustratrice-nature, de mon intérêt pour la tradition de la peinture naturaliste, les sites naturels,la flore, et la faune sauvage.
  • Contact

Stages

Pour les stages, cliquez 

Recherche Sur Le Blog

Pivoines de Sourches

Pour voir l'article du blog, pour acquérir un print numéroté et signé de mes aquarelles de Pivoine du Château de Sourches, cliquez  

 

Leçons en Pdf

Les clés usb: cliquez

25 novembre 2007 7 25 /11 /novembre /2007 18:19

Voici deux aquarelles de terrain, toujours dans l'Orne. Pour l'occasion, j'ai campé trois jours en Suisse normande pendant l'été.J'avais plutôt intérêt à peindre tôt le matin, car sur la Roche d' Oëtre, la chaleur était vite écrasante. La lande rocheuse à cladonies se trouve là, un peu en contrebas et à droite du point de vue. Un sentier botanique y mène et depuis l'endroit, en se retournant, on peut admirer le dessous de la Roche  et le fameux "profil humain". Les cladonies ou "lichen des rennes" forment des boules d'un vert glauque très clair ; les bruyères,rose-vif, et les callunes,rose-mauve piquées dedans font un effet superbe.

Landecladonie.jpg

En contrebas,les gorges de la Rouvre sont peu accessibles; c'est une vraie "forêt galerie",où j'ai peint la deuxième aquarelle. L'été, les gros blocs rocheux de granite,moussus, arrondis par l'érosion émergent beaucoup de l'eau.C'est très plaisant de peindre des rochers à l'aquarelle. Pour ceux de la Roche d'Oëtre, j'avais essayé un mélange de bleu outremer et de ce pigment rougeâtre ou plus violet qui s'appelle le caput mortuum. La texture de cette couleur, et des oxydes de fer de synthèse en général comme par exemple le Rouge de Venise surprend beaucoup au départ, ce sont des pigments très opaques alors que la Terre de Sienne brûlée est bien plus transparente, mais pour cet usage, cela convenait particulièrement : plus d'Outremer dans le mélange pour le granite, et plus de Caput mortuum pour les "poudingues" de la lande.


gorgesrouvre.jpg

Repost 0
Published by Claire Felloni - dans Jardins et Paysages
commenter cet article
23 novembre 2007 5 23 /11 /novembre /2007 11:04

Je pratique aussi l'aquarelle pour illustrer des sites naturels, la technique tient plus de la miniature bien qu'il arrive parfois que ces illustrations soient très agrandies pour figurer sur des panneaux d'information.Le plus souvent, elles sont destinées à des guides sur des zones de nature protégées.
J'aime ce travail qui me donne l'occasion d'apprendre beaucoup de choses sur la nature sauvage; parfois je peux me rendre sur le terrain pour m'imprégner de l'atmosphère, faire beaucoup de photos, peindre sur le vif des sites caractéristiques. Il s'agit ensuite de recomposer des images plausibles, des scènes de nature où cohabitent  comme par miracle tout ce qui fait l'intérêt écologique du lieu. L'aspect pédagogique, ludique quand les guides peuvent  toucher des enfants, le côté esthétique de l'image, tout cela stimule l'imagination.
Pour le Côteau de la Butte, à Courménil, j'ai réalisé une illustration faisant ressortir la faune du lieu en couleur sur un fond de végétation au trait et au lavis fait d'un jus d'aquarelle vert-bronze.

courm--nil.jpg
pav--tourbe-copie-1.jpgLe pavé de formation de la tourbe ainsi que la salamandre ont été réalisés pour illustrer un guide  qui présente une petite tourbière de pente sur moellons de grès située dans la forêt d'Ecouves.
Salamandre.jpg

Repost 0
Published by Claire Felloni - dans Illustration
commenter cet article
19 novembre 2007 1 19 /11 /novembre /2007 09:10

Ce sujet associe deux fleurs de Chrysanthème et un rameau de Hêtre.Le hêtre, rentré à l'intérieur évolue très vite,il vaut mieux le peindre en premier car les fleurs de chrysanthème, en revanche, restent stables quelques jours. Dans la nature, les feuillages de hêtre se caractérisent par leur disposition en plateaux horizontaux; en redressant un de ses rameaux face à soi, on peut créer une animation de fond en évitant les raccourcis. Il faut remarquer aussi la disposition des nervures qui "butent" sur le bord du limbe. Ce dernier, non denté, ondule volontiers sur les bords, un bourgeon trés fuselé  termine le rameau.
Les deux fleurs de Chrysanthème posent les mêmes problèmes que toutes les fleurs doubles. Il faut surtout éviter de crayonner au coeur, par contre le contour de la tache colorée avec toutes ses découpes entre les ligules (pétales) externes est important à préciser avant de poser le premier lavis de fond.Scanbouquetoussaint.jpg

Le premier jus (1) doit être clair, très dilué; on en pose une grosse goutte qui sert de réserve au coeur de la fleur, ainsi, on dispose d'un temps suffisant pour travailler les contours au pinceau de martre. 
Pour poser les couleurs de glacis,il faut attendre que le fond soit bien sec. 
Avant de modeler les pétales, retenons que les glacis seront disposés en petites touches plutôt rayonnantes sur la périphérie et plutôt concentriques ou en en boucles vers le coeur. 
Pour creuser le coeur, les touches sont plutôt triangulaires, formant des angles sombres s'appuyant sur des courbes restées claires (couleur du 1er jus).
bouquetousscouleur2.jpg

Le vert sombre des feuilles de chrysanthème est obtenu en cassant le vert avec du magenta.
Plus de magenta dans le mélange donne des gris qui m'ont servi pour le rendu de la verrerie.

bouquetousscouleur1.jpg

Repost 0
Published by Claire Felloni - dans Petites leçons
commenter cet article
14 novembre 2007 3 14 /11 /novembre /2007 16:53

Les sujets d'aquarelle botanique qui figureront dans ce blog seront toujours faciles à se procurer : à ramasser dans la nature ou à acheter au rayon fruits et légumes. Traditionnellement, l'aquarelle naturaliste présente ses sujets sur le fond de papier blanc ; on peut accentuer l'effet réaliste en ajoutant une ombre portée sur le fond.                                          

Scanpomchataigne.jpg


Aujourd'hui, c'est la chataigne et sa bogue qui font l'objet d'une étude plus détaillée


Scan1chataigne.jpgScan1chataignedebut.jpg                                                                 

Pour un sujet hirsute comme celui-ci, surtout peu de construction au crayon ! Le jus de fond pour les bogues est un peu animé dans l'humide; le graphisme des pointes et des creux entre elles est réalisé ensuite au pinceau fin de martre sur un fond bien sec (glacis).
Voici maintenant une palette des mélanges de couleurs utilisés: 
Scan1boguecouleurs-copie-1.jpg



























Les châtaignes elles-mêmes sont peintes ensuite. Il faut parfois laisser un éclat blanc sur  le dos en réservant une zone de papier sec dés la pose du premier lavis pour lequel 13 et 14 sont posés sur la surface mouillée à l'eau pure.                                                                                

Repost 0
Published by Claire Felloni - dans Petites leçons
commenter cet article