Présentation

  • : aquarelle-bota-clairefelloni
  • aquarelle-bota-clairefelloni
  • : Le blog met en ligne des cours d'aquarelle botanique, il parle de mon activité d'animation de stages d'aquarelle botanique, de mon métier d'illustratrice-nature, de mon intérêt pour la tradition de la peinture naturaliste, les sites naturels,la flore, et la faune sauvage.
  • Contact

Stages

Pour les stages, cliquez 

Recherche Sur Le Blog

compteur

 

10 septembre 2014 3 10 /09 /septembre /2014 16:06
Pour des raisons administratives, un peu compliquées à vous expliquer, je suis amenée à suspendre toutes mes animations de Cours et de Stages d’Aquarelle botanique au moins jusqu’à la fin de cette année 2014.

J’espère pouvoir maintenir en partie cette activité en 2015, mais l’ampleur en ce sera à coup sûr bien réduite, car il se trouve que mon statut d’Artiste libre pourrait être remis en cause si cette activité de «prof» devenait trop prépondérante !

Coup de frein sur les Cours et Stages

Pour illustrer cette mauvaise nouvelle, voici le genre de « petits essais » que je peignais dans mes stages, en guise de démonstration !

Vous comprendrez qu’à quelques années de la retraite je n’ai pas trop envie de me lancer dans des complications administratives. C’est peut-être pour moi l’occasion de reprendre l’illustration sur des sites naturels et donner plus d’ampleur à des travaux personnels ou des commandes que je commençais à trop négliger faute de temps !

Et bien sûr, le blog en fera le tour !

Partager cet article

Published by Claire Felloni
commenter cet article
1 septembre 2014 1 01 /09 /septembre /2014 22:10

C’est l’époque des vendanges et moi, toute à mon bonheur d’avoir remis la main sur mes originaux des cépages, que j’avais égarés (et oui ! c’est possible, je ne suis pas très organisée !), je vous poste cette semaine trois de ces aquarelles réalisées en 2001.

Trois cépages du Midi
Trois cépages du Midi

Je vous rappelle pour la forme qu’un cépage est une variété dérivée de l'espèce originelle Vitis vinifera. Chaque appellation de vin résulte de l’assemblage de plusieurs cépages dans un terroir donné et cela est bien codifié. Ainsi, les cépages Carignan et Cinsaut sont présents dans les vins du Languedoc-Roussillon et de Provence. Le Carignan couvre de très grandes superficies dans le Midi.

L’Ugni blanc intervient aussi dans les vins de Provence mais remonte plus haut sur la côte atlantique, il est utilisé dans les vins du Sud-Ouest, pour l’Armagnac et surtout pour le Cognac. L’Ugni blanc est en fait d’origine italienne, il y est connu sous le nom de Trebbiano et daterait de l’époque romaine.

Trois cépages du Midi

Vous pouvez vous reporter sur l’article que j’avais posté en Juin 2009, qui expliquait ce chantier : http://www.aquarelle-bota-clairefelloni.com/article-32878273.html

Cet ancien article vous donne la liste complète des 33 cépages que j’ai peints d’après une documentation très précise et montre 4 autres aquarelles. Seuls les cépages les plus connus ont été choisis pour être représentés ; il faut savoir qu’en France, 136 cépages sont reconnus !

Il est bien sûr possible de me contacter si vous désiriez utiliser ces images pour lesquelles j'ai conservé mes droits de reproduction. La contrepartie financière dépend de l’usage prévu qu’il s’agisse d’une impression à titre personnel, ou pour un évènement ponctuel ou vraiment pour de l’édition.

Voir la page

http://www.aquarelle-bota-clairefelloni.com/pages/Droits_dAuteur-1618404.html

Partager cet article

Published by Claire Felloni
commenter cet article
22 août 2014 5 22 /08 /août /2014 21:34

Ce titre est une plaisanterie mais enfin les deux espèces qui figurent dans cet article, l’une de flore et l’autre de faune, portent toutes les deux dans leur étymologie la racine latine « sanguis » qui veut dire sang et ce sont toutes deux des princesses estivales des marais.

Elles sont également menacées par les drainages qui touchent la moindre zone humide à notre époque, encore volontiers présentes en montagne mais de plus en plus rares en plaine.

Mes aquarelles étaient destinées à illustrer des panneaux sur le site des Pâtures d’Argentan au bord de l’Orne. Voir un précédent article, là : http://www.aquarelle-bota-clairefelloni.com/article-les-patures-d-argentan-122404843.html

Sanglants marécages

La Sanguisorbe officinale (Sanguisorba officinalis) ou Grande Pimprenelle était commune autrefois. C’est une rosacée qui porte des petites inflorescences denses d’un beau rouge carminé et la médecine, autrefois inspirée par la théorie des signatures, lui attribuait des vertus hémostatiques. Il s’est avéré que ce n’était pas faux car elle contient un tanin qui explique cet effet.

La plante est liée à un papillon devenu très rare : l’Azuré de la Sanguisorbe qui a besoin non seulement d’elle pour nourrir ses chenilles mais aussi d’un type particulier de fourmis qui joue un rôle dans son cycle de reproduction ; cet Azuré est une espèce myrmécophile.

Dans mon marécage, s’il est bien peu probable de trouver l’Azuré ; on peut espérer surprendre un beau criquet, le Criquet ensanglanté (Stethophyma grossum).

Sanglants marécages

Non, mon criquet n’est pas venu se frotter sur la sanguisorbe, son front est naturellement barbouillé de rouge, un rouge assez sombre qui lui a valu son nom. Seule la femelle présente ce faciès et c’est elle que j’ai représentée. Le mâle, plus petit, possède un drôle de chant, si on peut définir ainsi le déclic qu’il émet en produisant une sorte de ruade avec ses pattes postérieures. Cela permet de le repérer dans les hautes herbes ou les roseaux et si on l’approche doucement, c’est très amusant de le voir faire !

Partager cet article

Published by Claire Felloni
commenter cet article
9 août 2014 6 09 /08 /août /2014 18:07

Pendant que j’animais mon stage charentais, mon compagnon se promenait en Charente maritime où il m’a dit avoir entendu des cigales et ! surprise : de retour, en vidant la voiture et rangeant mon matériel, j’ai eu la surprise d’en trouver une dans le coffre, en très bel état ! Je l’ai prise en photo et la voici. Il s’agit de Cicada orni, la Cigale de l’Orne ou Cigale grise qui remonte le long du littoral atlantique sans doute du fait du réchauffement climatique. Il semble que sortie de son contexte, elle ait peu de chance de survie...

D’autres espèces existent surtout dans le Midi, mais celle-ci est bien reconnaissable aux petites taches sur ses ailes. C’est une femelle, on peut distinguer la tarière sous le ventre, qui lui permet de planter les œufs.

La saison des cigales
La saison des cigales

Ceci m’a rappelé que j’avais dessiné une scénette dans le Guide des Curieux de Nature et je vous la montre aussi. L’auteur, Vincent Albouy, y explique que l’on peut trouver les dépouilles des larves accrochées dans la végétation tout à fait de la même manière que pour les libellules. Cette dépouille vide se nomme une exuvie, et si j’ai eu déjà la chance de voir sortir des libellules de leur exuvie et accrochée à elle, déployer leurs ailes et les laisser se rigidifier avant leur premier envol, je n’ai jamais assisté à cela pour la cigale !

La saison des cigales

Sur le lien ci-dessous vous en saurez bien davantage sur les cigales, c’est un pdf de Jean Thorette, et il y a une note culinaire qui pourrait vous amuser !

http://www.routedesinsectes.com/docs/cigales-tho.pdf

Voici aussi une photo de la fin du stage au festival Echall’arts ; les travaux menés pendant les stages sont exposés sur la place du village d’Echallat le Dimanche soir, une ambiance toujours aussi sympathique dans le village durant ces 3 jours du festival !

La saison des cigales
La saison des cigales

Partager cet article

Published by Claire Felloni
commenter cet article
30 juillet 2014 3 30 /07 /juillet /2014 18:44

Centaurea macrocephala, la Centaurée à grosse tête est une robuste vivace originaire du Caucase. A l’état sauvage, elle pousse sur des pelouses entre 2000 et 2300m d’altitude où elle fleurit en Juillet et Aout (plutôt Juin-Juillet dans les jardins). Elle ressemble à un gros chardon jaune d’or et de fait c’est aussi une Astéracée qui peut compter jusqu’à 200 fleurons dans un capitule d’environ 5 cm de diamètre dans la nature mais jusqu'à 8 cm dans les jardins!

Centaurea macrocephala

Les grosses tiges, très épaissies sous le capitule, atteignent 1m de haut. Les bractées scarieuses du calice, beiges-blondes et satinées, forment des élégants peignes en arc de cercle, elles ne sont pas ciliées comme sur beaucoup d’autres centaurées. La culture dans les jardins est assez ancienne, son origine géographique n’étant pas si lointaine. Elle devrait y être plus fréquente car elle est appréciée des papillons.

On peut la trouver également chez les fleuristes, du moins elle fait partie de leur productions mais uniquement les mois d’été ; c’est ainsi que j’avais pu la proposer en sujet pour le cours régulier au mois de Juin 2012.

La représentation que j’en ai faite n’est pas terminée, mais tente de mettre en évidence la façon de poser des glacis sur ce type de sujet ébouriffé. On pourrait utiliser une technique très semblable pour peindre des chardons roses. En gros, il faut toujours commencer par poser une couleur de fond plus claire que l’impression générale qu’on a de l’ensemble et se rappeler que sur un pompon, les touches les plus sombres de glacis se situent au cœur (au milieu).

Je pars demain pour la Charente à Echallat, animer le stage d'aquarelle botanique inclus dans le festival Echall'arts et j'y consacrerai mon prochain article!

Partager cet article

Published by Claire Felloni
commenter cet article
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 19:07
Un projet pour une future série de cartes...

Un projet pour une future série de cartes postales!

Partager cet article

Published by Claire Felloni
commenter cet article
10 juillet 2014 4 10 /07 /juillet /2014 18:47

Le récent stage d’aquarelle que j’ai animé à Thomery et que j’avais décidé de consacrer aux Messicoles, me donne envie d’approfondir un peu le sujet sur les Nigelles. Merci à Florence qui nous accueillait chez elle pour la seconde fois !

Nigelles et stage de Thomery

Avec cette image des essais sur les différents sujets abordés vous verrez que nous ne nous étions pas cantonnées aux nigelles. Le pois vivace qui y figure aussi n’est pas vraiment une messicole ; de même le delphinium bleu est beaucoup trop gros pour être confondu avec le frêle Pied d’Alouette… mais enfin, je ne trouvais plus grand-chose dans les friches fleuries et craignais de manquer de sujets d’études. Quelques coquelicots trouvés sur place étaient bien dans le thème mais la Nigelle de Damas fut sans aucun doute la vedette du stage ! Voici quelques réalisations de stagiaires sur ce thème !

Nigelles et stage de Thomery
Nigelles et stage de ThomeryNigelles et stage de Thomery
Nigelles et stage de Thomery

Je craignais donc de ne pas trouver matière pour mes bouquets mais oh, surprise ! La nigelle existe maintenant en bouquets de fleuriste ; j’ai donc eu abondance de fleurs fraîches pour ajouter aux fruits qui eux, ne manquaient pas sur ma plate-bande. Il s’agit dans les deux cas de la Nigelle de Damas (Nigella damascena). Parfois la fleur reste assez simple, avec 5 ou 6 pétales, et parfois elle est double, formant une roue de nombreux pétales. Le critère important pour reconnaître cette nigelle est le fait que ses longues bractées linéaires et divisées débordent nettement des pétales, puis le fruit devient très globuleux et spectaculaire.

Nigelles et stage de Thomery

Très tôt, elle est utilisée au jardin ; on trouve trois variétés de Nigelles représentées dans le "Jardin d’Eichstatt" de Basilius Besler dont la forme flore pleno de la Nigelle de Damas, à gauche,qui est celle comportant de nombreux pétales. Au milieu, il s'agit probablement de la Nigelle de France (Nigella gallica).

Celles qui comportent seulement 5 pétales nous rappellent les deux très belles Nigelles de notre flore sauvage de France : la Nigelle des champs (Nigella arvensis) et la Nigelle de France (Nigella gallica) plus méditerranéenne, deux espèces au bord de l’extinction en France, du fait de l’abandon des anciennes pratiques dans la culture des céréales. Ces deux nigelles sont peut-être plus discrètes mais vues de près elles sont superbes avec  une belle couronne de nectaires rayés de violet et de blanc qui enrichit la corolle d'un cercle de couleur. Les fruits de ces nigelles évoluent différemment, ils ne forment pas une vessie gonflée mais restent en forme de cône renversé dont les follicules sont bien séparés, rappelant davantage les fruits des Hellébores.

Partager cet article

Published by Claire Felloni - dans Flore
commenter cet article
2 juillet 2014 3 02 /07 /juillet /2014 15:09

La planche commencée un peu plus tôt est terminée maintenant ! Je l’ai montrée aux journées de la Rose du Mans et une connaisseuse m’a dit qu’il s’agissait très probablement du rosier liane « Albéric Barbier ». Le challenge de montrer cette rose crémeuse qui blanchit en s’épanouissant m’avait tentée.

J’ai un peu vérifié d’après mon souvenir et les photos prises et de fait le rosier, imposant, débordait d’un mur assez haut ; les feuilles semblaient brillantes, presque persistantes et les boutons jaunes déploient des pétales dont seule la base reste d’un beau jaune lumineux !

Le Rosier grimpant

J’ai ajouté tout à fait en fin de course de petites touches pointillistes vertes pour boucher davantage l’espace entre mes trois fleurs. Pour les roses, je me suis servie du Jaune transparent dés le début. Les ombres sont des mélanges différemment dosés de ce jaune, du Violet à la dioxasine (violet Winsor) et d’un peu d’Outremer français quand le gris était trop chaud… mais surtout beaucoup d’eau, bien sûr !

Voici mon installation originelle, le travail de 3 journées, mais au final il y a eu quelques adaptations pour caler une mise en page qui soit plaisante à l'oeil... et beaucoup de temps encore pour finaliser le tout avec l'aide de ma tablette!!

Voici mon installation originelle, le travail de 3 journées, mais au final il y a eu quelques adaptations pour caler une mise en page qui soit plaisante à l'oeil... et beaucoup de temps encore pour finaliser le tout avec l'aide de ma tablette!!

Des nouvelles des stages : j’ai actualisé ma page pour les stages d’automne.

Pour le stage charentais « Echall’arts », des 1, 2, et 3 Aout, les inscriptions sont ouvertes !

Vous trouverez sur le site www.echallarts.com

la description des stages, la présentation des maîtres de stage et la possibilité de vous inscrire en ligne.

Partager cet article

Published by Claire Felloni
commenter cet article
18 juin 2014 3 18 /06 /juin /2014 23:07

Pendant que des bolides tournaient sur le circuit Bugatti, nous étions au calme dans la Salle du Jardin des Plantes, devant un choix de roses de jardin (Merci à Marie-Claude et à Philippe). Rien ne vaut les roses de jardin qui s’épanouissent au soleil, les roses de fleuriste n’ont jamais ce charme !

La « Pierre de Ronsard », nous a beaucoup plu et c’est sur cette rose que j’ai fait une démonstration car elle est vraiment intéressante avec son cœur presque mauve, ( je me suis fait un plaisir de conseiller le violet de Cobalt !) sa couronne de pétales plus serrés et roses ( Violet de Cobalt + Rose permanent) et finalement quelques pétales extérieurs d’un jaune laiteux ( Jaune de Naples) avec des reflets verts.

Stage Aquarelles de Roses au Mans

Deux majestueuses roses de couleur jaune et abricot ont eu les faveurs de mes stagiaires ; l’une d’elle faisait bien 12 cm de diamètre avec au cœur 4 tourbillons de pétales! Nous avions nommé cette rose « Renoir », mais finalement il me semble que c’était une autre variété car à postériori, la couleur ne convient guère (si vous avez une idée, n’hésitez pas à me laisser un com !).

Mes stagiaires m’ont permis de montrer quelques images de leurs réalisations, que voici :

Voici le travail en cours de Rellyd

Stage Aquarelles de Roses au Mans

Et celui de Caroline

Stage Aquarelles de Roses au Mans

Nous avions aussi des petites roses galliques, dont une était vraiment ravissante : c’est « Tuscany superb», une centifolia toute bouclée dont voici un petit détail par Janyne.

Stage Aquarelles de Roses au Mans

Un week-end bien agréable, qui me met dans le bain pour le prochain puisque les 21 et 22 Juin, ce sera au Mans notre deuxième édition de la fête de la Rose intitulée :

JOURNEE DE LA ROSE … JOURNEES AU JARDIN DES PLANTES

Je serai pour ma part dans la salle du Jardin des Plantes, pour présenter le cours d'aquarelle botanique!

Partager cet article

Published by Claire Felloni
commenter cet article
16 juin 2014 1 16 /06 /juin /2014 21:18
A l'occasion du stage roses au jardin des plantes...

A l'occasion du stage roses au jardin des plantes du Mans, j'ai proposé cet exercice sur une Pierre de Ronsard!

Partager cet article

Published by Claire Felloni
commenter cet article
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog